fbpx
Découvertes
Partager sur

Conseils sexo: fellation, sodomie… ces cinq choses encore tabou au lit

Conseils sexo: fellation, sodomie… ces cinq choses encore tabou au lit

Le sexe est une chose dont tout le monde est confronté dans sa vie. Mais si il tend à se populariser, il ne faut pas oublier que pour certaines personnes, c'est tabou !

Le tabou est une chose qui tue la créativité au lit… Si certains n’en ont rien à faire, d’autres sont totalement bloqués sur ces questions. Alors loin de là l’idée de juger qui que ce soit, le tabou est pourtant une chose qui ne devrait pas exister dans l’enceinte de la chambre. Après, chaque chose doit être débattue et ce n’est pas parce qu’un refus est parfois frustrant qu’il est illégitime. En effet, si certains ne veulent pas pratiquer certaines positions, libre à eux de ne pas le faire. Ces cinq positions sont encore aujourd’hui le tabou de certaines personnes.

1 La fellation un tabou qui disparaît

Il faut avouer que la fellation peut être tabou. Bien que très popularisée dans les chambres aujourd’hui, il est concevable que certaines personnes ne souhaitent pas la pratiquer. Pourquoi ? Car il ne faut pas oublier que le sexe de l’homme est aussi la partie de son corps qui expulse des excréments. C’est la même chose chez la femme avec le clitoris. Effectivement c’est dégoutant, et dans la plupart du temps, personne n’y pense… Mais imaginez une personne germophobe…

2 La sodomie

Là c’est un peu plus complexe et le tabou est réel ! Après, c’est plus que concevable. Si pour certaines personnes, la peur de passer à l’acte est souvent traduit par la douleur, il ne faut pas oublier encore une fois qu’une personne germophobe peut y voir un tabou ? De plus, cette pratique a longtemps été interdite par les autorités religieuses et dans certains Etats des Etats-Unis, elle est passible de prison… Autant dire que là c’est tabou !

3 La fessée

Le plaisir par la douleur n’est pas forcément une conception que tout le monde partage. En effet, la fessée procure du plaisir par la libération des endorphines qui vient ensuite masquer la douleur par une sensation de bien-être. Mais avec une pratique qui rattache forcément à l’enfance, la fessée passe forcément par une forme de tabou enfantin…

4 La bifle

Là on passe un cap dans la question du sexe. En effet, la bifle est une pratique directement empruntée au porno contrairement aux autres. Et ce qui vient du porno n’est forcément pas bon. Claquer sa partenraire avec son sexe est une chose avilissante et il est presque normal que certaines personnes y voient comme un tabou !

5 Le doigt dans les fesses

Alors là, c’est doublement tabou. Pour la femme, c’est aussi une question de gêne. Il faut en discuter et comprendre le plaisir de l’un et de l’autre… Pour l’homme c’est même un tabou comme une attaque à la virilité… Alors oui, le « doigt dans les fesses, sorti de son contexte… Ca pourrait être mal compris ! ».