Découvertes
Partager sur

Cigarette électronique: comment interpréter les études scientifiques ?

Cigarette électronique comment interpréter les études scientifiques grande
Partager
Partager sur Facebook

Plus la cigarette électronique remporte un franc succès au niveau des utilisateurs, plus les études alarmantes conquièrent nos médias. Mais alors, qu’en est-il vraiment de ces études scientifiques et des déboires de l’e-cigarette ?

En tant qu’utilisateur de cigarette électronique, on ne sait pas vraiment ce qui est dangereux dans l’e-cigarette. Que cela soit par rapport au matériel en lui même, ou au liquide pour e-cigarette, les études scientifiques tendent à prouver que cet outil d’aide au sevrage tabagique serait bien plus nocif que la cigarette classique.

Mais alors à qui faire confiance, entre les chercheurs de grandes écoles de médecine, et les fervents utilisateurs et défenseurs de cigarette électronique ?

Ni « pro-vape », ni « anti-vape », essayons de comprendre objectivement l’état d’esprit dans lequel on construit les études scientifiques et qu’ont elles comme objectifs. Nous verrons également ce qu’il en est des titres alarmants sur la dangerosité explosive de certains kits de cigarette électronique.

E-liquide pour e-cigarette : nocif pour la santé ?

Depuis 2013, le marché de l’e-cigarette est en pleine évolution, Et les nouveautés fleurissent à vitesse grand V. Un pack E cigarette électronique design est accessible à tous type de budget. Au fur et à mesure de la montée en popularité de la cigarette électronique, les avis scientifiques ne cessent d’éclore. L’objectif consiste à prévenir de la dangerosité des e-liquides.

Nous avons pu découvrir en 2013 grâce au scientifique Maciej L.Goniewicz, chercheur au UK Center for Tobacco Control, que l’utilisation de la cigarette électronique et de e-liquide pouvait engendrer la consommation nocive d’acroléine, substance cancérigène. Il ne s’agit pas de la seule étude scientifique prouvant alors l’apparition de cette molécule lors du vapotage.

De courts articles en parlent, et souhaitent ainsi avertir l’utilisateur d’un possible danger. Mais que ressort-il de ces études scientifiques lorsque celles-ci sont lues à la source ?

Piqûre de rappel : une E cigarette électronique reste composée d’une batterie. Elle vient faire chauffer une résistance afin de vaporiser le e-liquide. A chaque sorte de résistance (valeur) une puissance correspond. Et il ne faut pas la dépasser.

Lors d’une analyse plus poussée de quelques unes de ces études scientifiques, nous constatons que les tests ont généralement été réalisés sur des résistances ne nécessitant qu’une faible puissance.

Effectivement, une résistance utilisée à un wattage bien trop élevé, couplé à un très court laps de temps de refroidissement, brûle. Nous pourrions alors comparer cette expérience à celle d’un morceau de beurre laissé bien trop longtemps dans une poêle à forte chaleur. Il brûle, et créealors également cette molécule qu’est l’acroléine.

Cigarette électronique: une étude avec les souris fait le buzz !

Plus récemment, une étude impliquant des souris a fait le buzz dans l’univers de la cigarette électronique. Cette étude prouve alors que l’inhalation de la vapeur d’e-liquide entraîne une hausse du cholestérol, effet « foie gras », impliquant des effets néfastes sur le cœur et le foie.

Après avoir indiqué que les souris étaient mises dans « les mêmes conditions qu’un vapoteur », il est également notifié que celles-ci ont été privées du gène « apolipoprotéine E ». Il ne s’agit entre autre que du gêne permettant l’acheminement et la régulation du cholestérol, dont nous sommes bien-sûr tous dotés à l’état naturel.

Mais quelle est alors la conclusion de ces études scientifiques ? Elles ont un rôle de prévention. Pour faire simple, il faut ‘utiliser son e-cigarette via des plages de puissances appropriées. Et opter pour des liquides français. Chaque marque d’e-liquide français pour e-cigarette doit se conformer à un cahier des charges strict, et cela afin de minimiser les risques.

Explosion d’un kit de cigarette électronique : que faut-il en penser ?

Si les e-liquides font beaucoup parler d’eux, il en va de même pour les avis sur la cigarette électronique en elle même. Aujourd’hui des milliers de modèles sont sur le marché. Et parmi tous ces kits de cigarette électronique, certains auraient causé des dommages. Il y a eu 195 incendies et explosions entre 2009 et 2016.

Mais le cas ayant le plus défrayé la chronique reste celui de l’homme tué par sa e-cigarette le 5 mai dernier en Floride. Alors qu’il utilisait sa cigarette électronique, celle-ci aurait explosé et deux débris auraient touché le crâne.

C’est un phénomène attristant qui a marqué l’univers de la vape. Cependant il est alors important de lire les articles parlant de cette actualité grave jusqu’au bout. En effet, il existe deux sortes de cigarette dite « électronique ». Une réelle E cigarette électronique dispose de nombreuses sécurités évitant alors ce genre d’accident. Il existe également des mods méca, dont la puissance de l’accu (batterie) reste directement délivrée à la résistance, sans sécurité.

Lors de la lecture des articles concernant les explosions de cigarettes électroniques, il est toujours question de mods mécaniques. Ceux-ci restent uniquement destinés à des vapoteurs confirmés maniant la loi d’Ohm sur le bout des doigts, et sachant employer les e-cigarettes dites « reconstructibles ».

Cette précision n’a pas pour but d’amoindrir la gravité de cet accident. Il faut rassurer les utilisateurs de cigarettes électroniques sécurisées. Si le reconstructible vous tente, nous vous conseillons de vous informer sur son fonctionnement.

En tant que débutant il faut se diriger vers un coffret de cigarette électronique disposant de toutes les sécurités nécessaires.

Les études scientifiques et les déboires de l’e-cigarette permettent donc, en faisant preuve d’esprit critique, à l’utilisateur et consommateur de s’informer sur les bonnes pratiques.