fbpx
Découvertes
Partager sur

Cannabis: l’hôpital de Nancy veut faire des tests sur les gros fumeurs !

Cannabis: l'hôpital de Nancy veut faire des tests sur les gros fumeurs !

L'hôpital de Nancy est à la recherche de gros fumeurs pour étude sur le cannabis ! On vous donne plus de détails.

L’hôpital de Nancy est à la recherche de gros fumeurs de cannabis ! MCE TV vous donne plus de détails.

L’annonce peut vous paraître insolite mais elle est bel et bien sérieuse ! En effet, l’hôpital de Nancy est à la recherche de gros fumeurs de joints.

Les consommateurs occasionnels ne sont donc pas les bienvenus ! Car oui, pour être parmi les 40 volontaires choisis, il faut fumer plus de 7 joints par semaine.

L’hôpital de Nancy a donc lancé son appel à candidatures le 28 juillet. Ainsi, ils sont à la recherche de fumeurs de cannabis pour les besoins d’une étude. 

À qui s’adresse l’étude ? L’annonce précise que les volontaires doivent être âgés de 18 à 55 ans. 

Il faut aussi vouloir arrêter de fumer. Ce qui est bien logique !

Cannabis: l'hôpital de Nancy veut faire des tests sur les gros fumeurs !

Fumeurs de cannabis recherchés

L’hôpital cherche donc 40 fumeurs réguliers de cannabis pour cette étude. Celle ci portera le nom de MAC BETH. 

Qu’est ce que ça veut dire ? Méditation en pleine conscience et dépendance au cannabis: efficacité thérapeutique.

En effet, l’étude compte tester cette méthode pour aider les consommateurs de cannabis à arrêter. Comment ça va se passer ?

Il s’agit en fait de mettre en place une technique de méditation en pleine conscience. Cette méthode existe d’ailleurs pour faire face à toutes sortes d’addiction.

Cependant l’hôpital de Nancy a choisit de se concentrer sur le cannabis. L’étude est d’ailleurs menée par le Dr Thomas Schwitzer. 

Celui ci sera accompagné de toute une équipe. Aussi il y’aura un psychiatre et un psychothérapeute.

Le programme va ainsi durer 8 semaines. Le candidat devra méditer 2 heures par jour.

« C’est une méthode qui a prouvé son efficacité chez des personnes atteintes de troubles anxieux. » explique le médecin psychiatre à l’hôpital de Nancy, Louis Dramé.

Enfin, ils compareront les résultats de cette étude avec d’autres programmes dit plus classiques. Ils pourront ainsi évaluer son efficacité.

Cela va-t-il marcher ? Affaire à suivre.