Découvertes
Partager sur

Cannabis: un homme dans le coma après avoir mangé un space cake à son insu !

Cannabis un homme dans le coma après avoir mangé un space cake à son insu !
Partager
Partager sur Facebook

Le cannabis peut-être dangereux pour la santé, un homme en a fait les frais. Il est tombé dans le coma après avoir mangé un space cake.

Le cannabis peut s’avérer être dangereux. Deux hommes frôlent la mort après avoir mangé un space cake contre leur gré. C’est son collègue de travail voulait leur faire une simple blague. Sauf que celle-ci tourne au drame. Un des deux hommes porte plainte contre le blagueur après être tombé dans le coma.

L’histoire commence la nuit du 30 juin et du 1er juillet 2019. Pour fêter la fin de son contrat, le salarié prépare une grosse soirée avec un space cake, révèle le média Le Progrès ! Celui-ci travaille dans l’entreprise Cochonou à Saint-Symphorien-sur-Coise (Rhône).La victime est présente pour célébrer son départ. Après avoir mangé le gâteau aromatisé au cannabis, l’homme sent alors son corps entrain de partir.

Cannabis : plus de peur que de mal

Sa bouche commence à s’assécher, il n’arrive plus à marcher. L’homme décide donc de prendre l’air avec un autre de ses collègues. Mais les symptômes empirent, et il tombe dans les pommes. Les témoins présents racontent la situation avec stupeur. Trou noir donc pour cet homme pris au dépourvu par la drogue présente dans le gâteau.

À son réveil, la victime raconte alors : « Je suis tombé dans le coma. Plusieurs véhicules de pompiers sont venus en pensant d’abord à une fuite de produits chimiques. L’hélicoptère m’a transporté en urgence absolue. Ils me voyaient partir petit à petit. J’ai été transféré à l’hôpital Lyon Sud. Je me suis réveillé, intubé, le lendemain après-midi.« 

Ce n’est pas le seul a être malade. Un autre employé, de la même entreprise, est à l’hôpital de Saint-Étienne. La raison ? La même que pour la précédente victime : une intoxication au cannabis. Il décide lui aussi de témoigner pour raconter son histoire. « Si j’avais su qu’il y en avait, je n’en aurais pas mangé, je suis contre tout ça. Quand on voit les séquelles, on a frôlé la mort. » Ce second salarié décide donc porter plainte. Les médecins lui octroient un arrêt maladie.