fbpx
Découvertes
Partager sur

Le burn-out au travail expliqué par une psychologue

Le burn-out au travail expliqué par une psychologue

Le burn-out au travail est souvent difficilement compris et identifié par les gens. La psychologue Samira Saci a analysé ce mal pour MCE.

Il existe plusieurs types de burn-out. Mais un des plus fréquents est celui qui concerne le monde du travail. Sans parler de maladie, ce mal-être est souvent est difficile à cerner. Une situation difficile pour une personne souffrant d’un burn-out car il est difficile de sortir de ce qui peut se rapprocher d’un cercle vicieux. MCE a contacté la psychologue Samira Saci, spécialisé dans le monde du travail, afin de mieux comprendre le burn-out dans ce milieu.

MCE : Tout d’abord, qu’est-ce qu’un burn-out ?

Samira Saci : Si je me cantonne au monde de l’entreprise, le principal signe d’une personne en plein burn-out réside dans le fait qu’elle se perde dans le travail. Elle n’arrive pas à s’arrêter de travailler. Être dans cette situation est émotionellement très éprouvant. La personne est déconnectée d’elle-même et le travail est comme un refuge. Normalement on contrôle le système de travailler. En cas de burn-out c’est ce système qui contrôle le souffrant.

MCE : Quels sont les symptômes du burn-out ?

Samira Saci: En général, la personne souffrante est irracible. Ses perceptions des échanges avec les autres changent. Elles ont tendance à être plus sèches dans les interactions sociales. Quand on souffre de burn-out on s’enferme et dans le monde de l’entreprise, le souffrant se réfugie dans le travail.

MCE : Et justement, est-ce qu’il existe des symptômes spécifiques au burn-out du travail ?

Samira Saci : Il s’agit d’un dysfonctionnment émotionnel. Et oui, il existe des symptômes propre au monde du travail. Les personnes souffrantes auront tendance a toujours vouloir bien faire, elles veulent être irréprochable. Souffrir d’un burn-out au travail c’est ne pas savoir dire non. Ce qui explique la surcharge de travail et le fait se noyer dedans. Ce qui aboutit à l’épuisement.

MCE : Peut-on dire que le burn-out se rapproche de la dépression et comment en sortir ?

Samira Saci : Les deux se rapprochent mais ne sont pas identiques. Mais pour moi ce ne sont que des mots, des appelations pour des souffrances. Elles peuvent changer et évoluer selon les personnes. Quand je vois un patient je ne mets pas une étiquette burn-out. Enfin je dirais que le premier pas pour sortir de cet état de souffrance profonde est déjà de prendre conscience que l’on souffre. Et puis il faut absolument en parler et ne pas avoir peur de s’ouvrir.