fbpx
Découvertes
Partager sur

Asics présente ses excuses après la diffusion… de porno dans un magasin !

Asics présente ses excuses après la diffusion… de porno dans un magasin !
Partager
Partager sur Facebook

Dans un magasin Asics en Nouvelle-Zélande, les clients ont pu observer du contenu porno sur les écrans. La marque a présenté ses excuses

Que s’est-il passé par la tête des dirigeants du magasin Asics situé en Nouvelle-Zélande. Nous nous doutons bien qu’il ne s’agit pas de leur choix, mais tout de même… En effet, les clients de l’enseigne ont pu observer du contenu porno diffusé sur les écrans dans le commerce. C’est dans la ville d’Auckland que les personnes présentes ont donc, sans doute, été choqués en découvrant cela.

Si la diffusion de ce contenu porno n’aurait duré que quelques secondes, cela n’aurait pas pris autant de proportions. Mais comme le souligne nos confrères de Closer, les images défilaient de 1h, à 10h du matin ! Qui plus est, dans l’un des magasins Asics les plus à découvert de la ville. Situé dans la rue de Queen Street, il s’agit de l’allée la plus fréquentée du pays comme le relève une nouvelle fois Closer.

L’arrivée des premiers employés a permis à ces derniers de mettre fin à la diffusion des images à caractère porno. Mais tout au long de la nuit, et au petit matin, les clients d’Asics ont eu la « mauvaise » surprise de voir des images pouvant choquer les plus jeunes…

Asics présente ses excuses

La marque Asics n’est pas restée muette face à cette polémique. C’est dans un communiqué publié sur Facebook que la firme japonaise a présenté ses excuses aux clients, et ses employés, qui ont pu observer les images pornographiques. Mettant la faute sur un « pirate du web »:

 « Ce matin, les écrans de notre boutique du centre ville d’Auckland ont été piratés. Avec la diffusion de contenu indésirable . Nous voudrions nous excuser auprès de tous ceux qui ont pu en être les témoins. Nous travaillons avec nos fournisseurs de logiciels et de sécurité en ligne. Pour s’assurer que cela ne se reproduise plus ».

De son côté, le responsable de la boutique Asics d’Auckland, assuré à « 100% » qu’il ne s’agit pas du « travail » de l’un de ses employés. Pour ce qui est des passants, certains semblent encore choquer de ce qu’ils ont vu: « totalement inappropriées et offensantes. J’ai du jeter un oeil à plusieurs reprises. Je n’en croyais pas mes yeux », expliquait une femme à The Guardian.