Découvertes
Partager sur

Apple: les applications qui utilisent des emojis dans leur interface sont aussitôt supprimées

Apple: les applications qui utilisent des emojis dans leur interface sont aussitôt supprimées grande
Partage
Partager sur Facebook

Les règles imposées par Apple mènent la vie dure aux petites applications. Ainsi, toutes celles qui utilisent des émojis dans leur interface sont refusées d’office. On vous explique.

Apple garde des positions très strictes en matière de nouvelles applications. Du coup, la célèbre marque refuse toutes celles qui utilisent des émojis (les célèbres petits émoticônes dont on raffole) sur leur interface.

 

La dure vie des émojis

La liste des pratiques interdites par Apple était déjà assez conséquente. Mais désormais, c’est une nouvelle règle qui vient s’y ajouter. En effet, à partir de maintenant les applications qui utilisent trop d’émojis dans leur interface sont refusées. Et alors là, il est quasiment impossible pour ces entreprises de faire marche arrière pour voir leur application enfin approuvée. Coup dure pour les start-up qui misaient beaucoup sur leur nouvelle création.

Bien évidemment, il ne s’agit pas là d’interdire aux utilisateurs de se servir des émojis. Les célèbres petits icônes resteront bien présents sur le clavier. Nous voilà rassuré !

Bonne nouvelle pour les graphistes

En fait, de nombreuses entreprises se servent des émojis simplement pour ne pas avoir à engager de graphistes. Cela permet par exemple d’avoir des icônes de manière assez simple, et sans débourser un sous. Mais pour Apple évidemment, cela n’est pas du tout rentable.

Une législation encore floue

La règle établie par Apple reste tout de même assez vague. Ainsi, l’utilisation des émojis est interdite sur ‘interface mais reste disponible sur les clavier. Et la police conçue spécialement pour Appel reste également disponible. A l’avenir, les nouvelles applications qui souhaitent éviter d’engager un graphiste pourraient donc avoir la possibilité de payer des packs d’emojis Apple, pour pouvoir alors les utiliser librement sur l’interface.

Reste à savoir si les entreprises accepteront cette condition, ou au contraire se tourneront vers des émojis Google ou autre. Pour le coup, la célèbre marque à la pomme pourrait regretter une telle législation. Les nouvelles applications pourraient bien devenir de plus en plus rare.