fbpx
Découvertes
Partager sur

Comment accompagner un partenaire dépendant à l’ alcool ?

Comment accompagner un partenaire dépendant à l’alcool grande
Partager
Partager sur Facebook

On vous donne quelques conseils pour réussir au mieux à gérer un conjoint dépendant à l’ alcool. Le soutient est la meilleure solution.

Les personnes dépendantes à l’ alcool doivent être accompagnées et aidées. Alors voici comment faire de votre mieux.

Plus forts à deux

Pas toujours facile de gérer les problèmes des autres. Mais encore moins quand il s’agit de votre partenaire. Et quand cela touche à l’ alcool, c’est encore plus délicat. Quand on est jeune, il n’est pas rare d’aller en soirée en couple. Et l’alcool y est souvent présent. C’est à partir de ce moment là qu’il faut commencer à être vigilant pour qu’une dépendance à l’alcool ne se développe pas. Il faut alors bien faire attention aux premiers signes.

Bien sur, il y a une différence entre boire de temps en temps en soirée et être alcoolodépendant. Tant que votre partenaire sait faire la fête mais reste sobre, il ne devrait pas y avoir de problème. Etre dépendant à l’ alcool, c’est ne plus savoir se passer de boire. L’alcool devient alors une quête permanente. Il faut alors savoir ne pas franchir la limite. C’est-à-dire être capable de sortir et de s’amuser sans boire d’ alcool. Mais si jamais la dépendance à l’alcool de votre partenaire se confirme, mieux vaut agir vite.

Les solutions à prendre à deux pour lutter contre la dépendance à l’ alcool

Tout d’abord, rien ne sert de s’opposer à lui. Il ne faut pas entrer dans une confrontation, cela n’arrangerait rien. La personne dépendante à l’ alcool ne peut s’en sortir qu’en le décidant elle-même. Il faut donc la faire réagir. Vous pouvez alors parler de cette addiction tous les deux, et essayer de trouver des solutions ensemble.

Souvent, le plus simple est de consulter un spécialiste de la santé. Mais s’il refuse et ne l’admet pas, vous ne devez pas le faire culpabiliser. Mais consulter un alcoologue ou un addictologue peut être une bonne solution pour commencer la prise en charge médicamenteuse. Sinon, vous pouvez aussi accompagner votre partenaire à des groupes d’entraides, afin de le motiver à en parler.

 

Le plus important est qu’il se sente accompagnée et entouré.