fbpx
Découvertes
Partager sur

Santé: être végétarien rallongerait l’espérance de vie

Santé: être végétarien rallongerait l’espérance de vie
Partager
Partager sur Facebook

Une étude britannique dévoile que les végétariens ont moins de risques d’être hospitalisés ou de mourir d’une maladie cardio-vasculaire que les personnes suivant un régime alimentaire classique

Pour vivre vieux, vivons sans graisse animale. C’est du moins ce que l’on serait tenté de croire à la lecture de l’étude britannique European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (Epic) et relayée par Metro. Les chercheurs ont découvert que les végétariens possèdaient un cœur en meilleure santé que les omnivores.

La différence s’explique par les effets du cholestérol et de la tension artérielle, plus élevés chez les consommateurs de viande et de poisson, précise le Dr Francesca Crowe, l’un des auteurs de l’enquête. Du coup, les personnes suivant un régime végétarien auraient 32 % moins de risques d’être hospitalisées ou de mourir d’une maladie cardio-vasculaire.

Une étude menée sur 45.000 volontaires

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont suivi 45.000 volontaires pendant une douzaine d’années. Parmi eux, 34 % étaient végétariens. Pendant toute la durée des travaux, les participants ont eu à répondre à des questionnaires sur leur état de santé.

Les scientifiques ont pris en compte différents critères pour mesurer l’incidence du régime alimentaire sur la santé cardiaque des « cobayes » : l’âge, le milieu socio-économique, la consommation de tabac ou encore l’activité physique. Au total, 1.235 personnes ont souffert d’une maladie cardio-vasculaire et 169 en sont mortes.

Des conséquences sur le poids

Les auteurs de l’enquête ont constaté que les végétariens avaient une tension artérielle et un taux de cholestérol plus bas que les autres. De manière générale, ils ont un poids moins élevés que les personnes mangeant de la viande et par conséquent, ils ont moins tendance à avoir du diabète et d’autres maladies causées par le surpoids.

En un mot,cela montre le rôle important de l’alimentation dans la prévention des maladies cardiaques, souligne Francesca Crowe.

F. G.