fbpx
Découvertes
Partager sur

Les 3 raisons qui poussent les moustiques à vous piquer !

Partager
Partager sur Facebook

En été, les moustiques sont un véritable calvaire. Mais pour certain, c’est même toute l’année que ça continue. En fait, certains facteurs poussent les moustiques à piquer certaines personnes plutôt que d’autres.

Découvrez les 3 facteurs qui poussent les moustiques à piquer certaines personnes plutôt que d’autres. Et il n’y a quasiment rien à faire pour l’éviter.

 

Les moustiques choisissent leur cible

On ne l’aurait jamais pensé, et pourtant, les moustiques ciblent précisément leur cible. Ainsi, certaines personnes se font piquer bien plus souvent que d’autres. Il existe en réalité plusieurs facteurs qui poussent les moustiques à piquer une sorte d’humain plutôt qu’une autre. Et il ne suffit pas simplement d’avoir une belle peau douce pour les attirer, loin de là. On vous explique les 3 raisons principales qui poussent les moustiques à vous piquer vous plutôt que le reste de votre bande de pote.

 

La quantité de dioxyde de carbone

Et oui, c’est un facteur important. La quantité de dioxyde de carbone émise par la transpiration d’une personne peut inciter les moustiques à la piquer. On est d’accord, ça n’a rien de glamour ! Un humain produit en moyenne 1 kilos de CO2 par jour. De quoi donner envie aux moustiques d’aspirer ce sang frais. Ainsi, les bons émetteurs de CO2 sont de parfaites victimes pour les moustiques.

 

L’acide lactique qu’on émet

Là encore, cela paraît assez étonnant. Et pourtant, la quantité d’acide lactique que l’on émet est aussi un facteur déterminant. Ainsi, les personnes plus grandes et les femmes enceintes émettent généralement plus d’acide lactique. Elles sont ainsi des cibles idéales, autant que les personnes qui font de l’exercice en extérieur.

 

La génétique

Encore un facteur qu’on peut (très) difficilement éviter. La génétique joue un rôle important. Et le groupe sanguin préféré des moustiques serait le groupe sanguin O.

 

Les moustiques ont en moyenne 27 récepteurs odorants et d’acide lactique, afin de détecter la sueur. De véritables radars de la transpiration. Pour eux, c’est tout simplement un indicateur qui prouve que nous sommes des mammifères, et donc que nous sommes capables de fournir du sang.