fbpx
Découvertes
Partager sur

Conseils sexo : tout savoir sur le cunnilingus

Conseils sexo : tout savoir sur le cunnilingus
Partager
Partager sur Facebook

Il est un incontournable des préliminaires mais reste trop souvent un acte délaissé ou mal fait par ces messieurs. Pourquoi tant d’homme ont-ils des difficultés à donner ce plaisir ? Une mauvaise technique ? Un dégoût ? La peur de mal faire ?

Si l’on cherche dans le dictionnaire, le cunnilingus est défini comme une pratique sexuelle buccale qui consiste à stimuler les différentes parties de la vulve à l’aide de la langue et des lèvres principalement. A première vue, rien de bien compliqué dans cet acte sexuel. Ce n’est pourtant pas une légende, beaucoup de femmes, on parle ici d’une très large majorité, se plaignent d’un manque certain de savoir-faire chez les hommes (quand ils veulent bien s’y atteler). Tout d’abord, le cunnilingus fut longtemps considéré comme une pratique dégradante pour l’homme qui lui donne (qu’importe la position), une posture de soumission. Heureusement les temps changent, les mentalités évoluent.

Alors pourquoi persiste-t-il (trop) souvent un refus de la part de ces messieurs ?

Être à l’écoute du corps de la femme

Sans être sexiste, le mec a trop tendance à penser à son propre plaisir, par lui et pour lui. Même amoureux, il ne s’attardera pas toujours à l’entreprise délicate du cunnilingus. Certains peuvent en effet être rebutés par la méconnaissance du minou (le vagin serait moins évident que le pénis à décrypter), d’autres ont connu une mauvaise expérience leur laissant un souvenir (une odeur) amer en tête. Enfin, d’autres sont trop machos pour s’adonner à ce plaisir qu’ils qualifient volontiers comme un rabaissement pour leur égo. Quoiqu’il en soit, si la fellation est un acte sexuel complètement dépendant des préliminaires, pourquoi pas le cunnilingus ? Après tout le parallèle est pourtant bien indéniable, non ? Force est de constater que le cunnilingus est un art qui n’est pas une évidence pour ces hommes qui manquent bien trop souvent de patience et ne savent pas écouter le plaisir, plus nuancé, d’une femme prenant son pied.

Il n’existe pas de méthode de miracle

Chaque femme est différente, son plaisir aussi. Certaines erreurs sont malgré tout récurrentes. La plus frappante que l’on peut lire et entendre presque partout, reste que les hommes sont trop impatients, trop directs. Bref, non seulement il est difficile d’obtenir un cunni, mais en plus ce dernier est souvent « too much ». Sachez que seulement 30% des femmes sont vaginales (ce qui signifie qu’elles atteignent plus aisément l’orgasme avec une pénétration). Il reste donc 70% de femmes clitoridiennes, un chiffre énorme qui prouve l’importance de la stimulation du clitoris. Il leur faut donc découvrir et apprendre ce plaisir trop méconnu.

Comment faire un bon cunnilingus ?

Règle de base : n’appuyez pas trop fort. Le clitoris est riche en récepteurs sensibles aux vibrations et aux pressions, tout comme peut l’être le gland du pénis. Il faut donc procéder par effleurements pour ne pas le rendre insensible. Donnez votre main à votre compagne et dites-lui de la presser quand elle aime ce que vous lui faites. Vous serez ainsi plus « aiguillé » sur la manière de procéder. N’allez pas tout de suite droit au but. Tournez autour, embrassez le reste du sexe de votre partenaire, ses cuisses, son ventre. Le cunnilingus montera ainsi en puissance. Le temps pour parvenir à l’orgasme est variable mais il faut en moyenne compter quinze minutes pour regarder votre belle s’extasier devant votre douceur et votre savoir-faire. Après tout, en quelques années, la fellation est passée de son statut pornographique à une banalisation dans nos rapports sexuels. Les dames seront d’accord pour vous dire qu’il est désormais grand temps de mettre en éveil ses facultés d’écoute et de réactivité pour leur donner ce plaisir délicieux et tellement unique. Que les temps changent !

Sophie Combot