fbpx
Découvertes
Partager sur

Les chips, un aliment addictif ?

Tous faibles face à un paquet de chips ? N’en prendre qu’une seule est une entreprise impossible, à moins de faire preuve d’un self contrôle à toute épreuve. Le chercheur Tobias Hoch a cherché à comprendre pourquoi commencer un paquet, signifie bien souvent le terminer

À l’occasion du congrès annuel de l’American Chemical Society, Tobias Hoch a dévoilé d’étranges conclusions concernant notre comportement face à ces aliments bourrés de gras. Comment peut-on expliquer le fait que l’on aime bien souvent ce qui est mauvais pour la santé ? Quand on va mal, que l’on s’ennuie ou tout simplement qu’on est un fan du grignotage, on ne vous surprend pas en affirmant que les apéritifs, les gâteaux, les glaces peuvent rapidement devenir notre pire ennemi. Aux Etats Unis, pays ou deux tiers de la population est en surpoids ou obèse, ce phénomène d’addiction à la malbouffe est un réel problème de santé publique. Doit-on conclure qu’il y a un ingrédient à l’origine de cette boulimie occasionnelle ?

Plus vifs et plus enthousiastes après un paquet de chips ?

Pour réaliser son étude, le chercheur a donc pris son meilleur ami de laboratoire : le rat. Le résultat est sans appel, le rat est bien plus réactif après avoir ingurgité des chips de pomme de terre comparativement à ses boulettes habituelles. Bourrées de gras et de glucide, les chips ont un composant qui va déclencher dès sa première prise le système de récompense du cerveau. Nos amis de l’apéro ont donc bien une action particulière sur notre système nerveux. On peut se déculpabiliser du fait d’être souvent bien faible après l’ouverture de ces petits paquets !

S. C.