Découvertes
Partager sur

Santé : les sodas light favoriseraient le développement du diabète

Santé : les sodas light favoriseraient le développement du diabète
Partager
Partager sur Facebook

Consommer des boissons light augmenterait encore plus le risque de développer un diabète de type 2 que les sodas sucrés

Les boissons light, dans lesquelles le sucre est remplacé par des édulcorants, auraient des effets bien plus néfastes sur la santé que les sodas classiques. Ces boissons sont en générale conseillées aux personnes diabétiques afin de maîtriser leur apport en sucre.

Mais une étude publiée le 7 février dans la revue American Journal of Clinical Nutrition, pourrait changer la donne. Ces boissons augmenteraient le risque de développer un diabète de type 2.

Un risque multiplié par deux

L’étude a été menée pendant quatorze ans (1993 à 2007) par les épidémiologistes Françoise Clavel-Chapelon et Guy Fagherazzi, chercheurs à l’Inserm, auprès de 66 188 femmes françaises âgées de 40 ans. La consommation était d’environ une canette par semaine pour les « cobayes » buvant des boissons sucrées et de deux pour les autres consommatrices.

Les scientifiques ont comparu les données des questionnaires distribués aux participantes : les résultats montrent que la consommation de boissons light multiplierait par 2,3 le risque de développer un diabète par rapport aux femmes ne buvant pas de boissons sucrées. Par ailleurs, la consommation de sodas classiques ne multiplie ce risque que par 1,5.

Une consommation plus importante

L’enquête révèle que les femmes qui buvaient des boissons light avaient une consommation plus grande que celles qui consommaient des sodas normaux, 2,8 verres contre 1,6 verre par semaine en moyenne. De plus, le risque de développer un diabète de type 2 est de 15 % supérieur pour une consommation de 0,5 litre hebdomadaire et de 60 % supérieur pour 1,5 litre par semaine.

C’est la première étude française qui met en évidence ce facteur de risque, affirme Guy Fagherazzi. Toutefois, l’Association internationale pour les édulcorants (ISA) nuance et se dit surprise des conclusions de l’étude, qui vont à l’encontre du corpus scientifique disponible sur la consommation de boissons avec édulcorants et leurs bénéfices.

F. G.