fbpx
Découvertes
Partager sur

Les belles voitures font-elles tomber les filles ?

Les belles voitures font-elles tomber les filles ?

Beaucoup d’idées reçues sur les grosses voitures circulent. La plus connue (et la plus valorisante) reste celle qui raconte que l’on attrape plus de filles au volant d’un joli bolide. Mais pas que. Il faut apprendre à se méfier de ce signe extérieur de richesse qui cache souvent de mauvaises surprises

On ne le sait que trop. Les hommes raffolent des voitures. Plus ça va vite, plus ça coûte cher, plus les courbes sont gracieuses, plus c’est gagnant. Mais qu’est-ce qu’on gagne vraiment à se balader au volant d’une belle et grosse voiture ?

Deux situations sont à distinguer. Il y a celui qui se ruine, quitte à se priver d’aller au resto, de sortir plus d’une fois par semaine ou celui qui limite ses dépenses vestimentaires pour pouvoir donner à boire à son petit bijou. Pas un sous en poche mais quand il se déplace, les regards se posent sur lui, enfin sur sa voiture. Ce qui va flatter son égo n’est en vérité que du bluff et démontre un manque cruel de confiance en lui.

Et on finit rapidement par se rendre compte de l’entourloupe. C’est l’histoire de l’arroseur arrosé. Celui qui se ballade en Audi dernier cri tout en touchant le Smic passe pour un loser.

Grosse voiture, petit zizi…

C’est soit un menteur bien déguisé soit une pince. Derrière le prince se cache toujours une grenouille. On l’aura compris, la voiture est un signe extérieur de richesse qui permet au moins confiant d’entre nous de se revaloriser. Objet matériel et image de réussite par excellence, les belles voitures dégagent donc une image de réussite et de fortune. Attention donc à qui l’on a à faire.

La seconde situation est plus évidente. Celui qui a de l’argent et qui compte bien le faire savoir. En effet, il y a grosse voiture et grosse voiture. Il y a classe et ostentatotion. Entre ceux qui ont les moyens et vouent depuis toujours une réelle passion pour les voitures et celui qui dépensent ses sous comme il peut. Un mot en tête pour ce deuxième cas de figure : plus c’est cher, mieux c’est.

Il faut qu’il existe une cohérence sociale

Avoir une grosse voiture et galérer pour mettre de l’essence, c’est tricher. Acheter une voiture qui brille pour détourner le plus grand nombre de regards, c’est mentir.

Les Champs-Élysées sont le témoin de ceux qui louent des voitures dernier cri pour draguer le plus de gonzesses possible. En terme de résultat officiel-ou de nanas qu’ils ramèneront chez eux-le bilan est clair : il avoisine les zéro.

A l’inverse, celui qui roule dans sa petite auto l’air assuré, ambitieux, charismatique aura des chances bien plus élevées d’attirer les regards et de conclure facilement.

Mieux dans sa peau en Twingo vaut mieux qu’un loser en Ferrari !

Sophie Combot