fbpx
Découvertes
Partager sur

Pourquoi les régimes font-ils grossir ?

Pourquoi les régimes font-ils grossir ?

Qui dit été, dit plage et maillot de bain. Les publicités et les magazines féminins ne cessent d’afficher la formule miracle pour arborer un corps de rêve. Mais qu’en est-il réellement lorsqu’arrive la rentrée ? Entre 80 à 95 % des gens reprennent leur poids dans les cinq ans, alors les régimes ne sont-ils pas l’ennemi des kilos en trop ?

Entre pilules coupe-faim, sachets et régimes protéinés à la Dukan, on ne sait plus où donner de la tête. Dans une société où la maigreur est symbole de beauté absolue, la balance devient notre meilleur ennemi.

Et pourtant, les régimes impliquent bien souvent un raisonnement mental malsain pour notre corps et notre esprit. L’engrenage « maigreur à tout prix » finit un jour ou l’autre par éclater. On tombe rapidement dans l’excès inverse. On s’est tellement privé de ce qu’on a aimé manger qu’au moindre dérapage ou contrariété, on retombe dans l’excès.

On mange pour faire face à des difficultés psychologiques

Les personnes en surpoids ou même celles ayant simplement quelques kilos à perdre ont bien souvent un point commun. Lorsqu’elles s’ennuient, qu’elles sont contrariées, angoissées, la nourriture devient leur moyen d’oublier.

De façon compulsive bien souvent, c’est dans l’excès qu’elles attaquent le placard. Malheureusement, quelques minutes après, c’est la culpabilité qui vient ronger ces personnes. Lorsqu’on ne sait pas comment gérer certains problèmes affectifs ou relationnels, la nourriture nous rassure. Pour comparer, il en va de même pour un gros fumeur. Dans un moment de stress intense, ce dernier fumera cigarette sur cigarette.

Les régimes se basent sur un contrôle très restrictif de notre alimentation. C’est un changement radical de notre mental et de notre physique. Tout tourne autour de notre poids pour se sentir bien. Cet hyper-contrôle est d’autant plus fragile que la nourriture englobe notre quotidien et que l’on tombe rapidement dans l’excès inverse. Le moindre petit plaisir est vite un excès, on ne sait plus se gérer.

On se protège de ses désirs alimentaires

Ne plus manger ce qu’on aime, c’est se priver de ce qui nous fait du bien. Nier ses désirs ne signifie pas qu’ils sont devenus inexistants. Les régimes nous mettent des barrières qu’on a envie de bâtir mais qui reste très fragiles. Cette minceur fantasmée devient rapidement une obsession.

On oublie tout pour ne penser qu’à maigrir. Se priver de ce qu’on aime jusqu’au jour où l’on craque. On s’est tellement privé que l’on bascule dans la nourriture compulsive et on ne sait plus s’arrêter. Comme une vengeance d’avoir tellement privé notre corps et notre esprit de ce qu’il aime tant.

On mange quand ça ne va pas. Ne plus manger ou régler à la lettre notre alimentation est un engrenage dangereux. A la moindre fragilité psychologique, on reprend tout.

Les régimes sont un cercle vicieux. C’est avant tout une estime de soi qu’il faut retrouver et un travail psychologique à la base de ce surpoids est nécessaire. Enfin vous pourrez débuter une nouvelle alimentation. Et n’oubliez pas, bouger, bouger, bouger. Il n’y a que ça de vrai !

S. C.