fbpx
Découvertes
Partager sur

Uber informe sa femme de son infidélité, il leur réclame 45 millions d’euros

Partager
Partager sur Facebook

Uber est un moyen de transport très pratique pour les parisiens. Mais dans le cas de cet utilisateur infidèle, son outil favori s'est retourné contre lui...

Parfois, la technologie peut s’avérer beaucoup plus efficace que de payer un détective privé. Cela a été le cas avec Uber, qui se voit attaqué en justice par un homme infidèle, dont les frasques ont été révélées à sa femme via l’application.

Uber: nouveau Big Brother ?

L’histoire est cocasse. Un français lambda a un jour utilisé l’iPhone de sa conjointe afin d’utiliser l’application Uber. Par la suite, ce dernier s’est déconnecté, et a poursuivi son utilisation du service de transport tout à fait normalement avec son portable personnel. Le hic, c’est qu’Uber était son moyen favori de transport pour tromper sa femme. Et que les notifications de l’application étaient encore visibles sur le portable de sa femme ! Celle-ci a donc pu observer tous ses faits et gestes grâce à l’application, en ayant connaissance du nom des chauffeurs, des plaques d’immatriculation, mais aussi des heures d’arrivée.

Cette histoire d’Uber a donc été un gros détail parmi d’autres qui a contribué au divorce du couple. En conséquence, l’homme a décidé de ne pas en rester là et d’attaquer la société en justice pour avoir révélé son infidélité à son ex-épouse. L’assignation a été déposée au tribunal de grande instance de Grasse. Et sa réclamation est audacieuse. Il demande 45 millions d’euros à Uber !

Un bug propre à iOS

D’après nos confrères du Figaro, cette situation ne peut se reproduire que sur iOS. En effet, il s’agit d’un bug qui ne peut que s’observer sur un iPhone, et dans des conditions particulières. Car seules les versions antérieures à la mise à jour iOS du 15 décembre 2016 sont encore susceptibles de subir ce genre de bug avec l’application Uber.

De quoi mieux convaincre les habitués d’Apple de se mettre en phase avec les nouveautés et mises à jour. Pourtant, récemment, Apple s’est vu assigné en justice par des ressortissants américains pour les avoir « forcés » à passer à la nouvelle version OS (en l’occurrence iOS 7). Décidément, les technophiles sont peut-être bien d’éternels insatisfaits.

Crédits: Uber