fbpx
Découvertes
Partager sur

Spotify: le patron de la plateforme aurait été harcelé par Steve Jobs !

Spotify: le patron de la plateforme serait harcelé par Steve Jobs !
Partager
Partager sur Facebook

Le cofondateur de Spotify dit avoir été menacé par Steve Jobs. On vous explique pourquoi et comment tout ceci s'est déroulé !

Ces derniers temps, Spotify essaye avec acharnement de s’en prendre à Apple. En effet, le patron de la plateforme de musiques en ligne accuse vivement le fabricant d’iPhone de l’avoir étouffer. Il est même allé jusqu’à déposer une plainte auprès de l’Union européenne, accusant Apple de se livrer à un comportement anticoncurrentiel.

En effet, un nouveau livre intitulé « Les non dits de Spotify » vient de sortir. Même si celui-ci n’est disponible qu’en suédois pour le moment, une des anecdotes qui y figure est poignante. Les écrivains, Jonas Leijonhufvud et Sven Carlsson, racontent une sombre histoire qui se serait déroulée entre le fondateur de Spotify et Steve Jobs.

La mystérieuse relation de Spotify et Steve Jobs

Selon cet ouvrage, c’est alors en 2010 que le CEO et cofondateur de Spotify, Daniel Ek, aurait reçu plusieurs appels anonymes. Des appels bien étranges puisque le patron de Spotify ne percevait aucune parole. Seulement une respiration à l’autre bout du fil.

Pourtant, selon Daniel Ek, ces appels provenaient sans aucun doute de Steve Jobs. Pour lui, le fondateur d’Apple cherchait à l’impressionner pour ne pas que Spotify vienne s’implanter sur le sol américain. Pourtant, Daniel Ek a refusé de s’exprimer en interview pour le moment. Mais il n’est pas le seul à croire que Steve Jobs aurait tenté de le menacer. En effet, lors de la sortie du livre, d’anciens hauts responsables de Spotify avaient appuyé ses propos.  En racontant cette anecdote, les deux auteurs veulent avant tout faire savoir que cet appel a plongé Daniel Ek dans un état de stress et de pression intense.

Selon leurs mots dans l’ouvrage, ils pensent surtout que Spotify a de quoi être un peu jaloux et envieux d’Apple. Ils ont même déclaré. « Cette histoire témoigne de la façon dont il (Daniel Ek) s’est senti anxieux et paranoïaque en 2010, lorsque Spotify s’est vu refuser l’accès au marché américain, en grande partie à cause de la pression d’Apple. Les grandes maisons de disques semblent avoir été plutôt fidèles à l’iTunes Music Store et à Steve Jobs. À l’époque, Apple détenait environ 80% du marché de la distribution de musique numérique aux États-Unis ».