fbpx
Découvertes
Partager sur

Saccorhytus: l’ancêtre le plus lointain de l’Homme qui n’avait pas… d’anus

Saccorhytus: l'ancêtre le plus lointain de l'Homme qui n'avait pas... d'anus
Partager
Partager sur Facebook

Le plus lointain ancêtre de l'Homme était une drôle de créature baptisée Saccorhytus. Remontant à la préhistoire, celle-ci était dépourvue d'anus...

Comme un air de famille… Des chercheurs chinois ont découvert dans un gisement de la province du Shaanxi, dans le centre de la Chine, de drôle de fossiles. Ceux-ci appartiennent à une créature qu’ils ont baptisée Saccorhytus. Dans une étude coécrite avec l’université de Cambridge, en Angleterre, et publiée lundi 30 janvier dans la revue britannique Nature… Les chercheurs présentent Saccorhytus comme le « plus vieil ancêtre préhistorique des humains ». Mais de quoi s’agit-il réellement ?

Saccorhytus : l’ancêtre le plus lointain des humains

Tout d’abord, intéressons-nous à ce qu’était Saccorhytus. Il s’agissait d’une créature aquatique minuscule, qui vivait au début du Cambrien (c’est-à-dire il y a 540 millions d’années). Elle avait une forme sphérique et ne mesurait pas plus d’1mm. « Elle vivait probablement entre les sédiments marins, dans les grains de sable au fond de l’eau » explique l’étude. Le chercheur Jean Vannier, paléontologue, directeur de recherche au laboratoire de géologie de Lyon du CNRS, explique à FranceInfo que ces habitats sont aujourd’hui « de tous petits vides occupés, par certains petits vers et petits coquillages ».

Saccorhytus : une bouche, mais pas d’anus

Le plus amusant, c’est la forme de cette bestiole. Le Saccorhytus était pourvu d’un grand orifice, identifié par les scientifiques comme une bouche, énorme pour sa taille. Elle avait également « huit petites ouvertures coniques le long de son corps, qui lui permettaient, peut-être, d’évacuer l’eau qu’elle avalait et qu’elle filtrait » précise le site d’informations. Un système interprété comme « l’ancêtre des branchies des poissons » par les scientifiques. Le plus drôle dans l’histoire, c’est que ce petit monstre ne possédait pas d’anus. Et pour cause il se nourrissait probablement des petites particules en suspension dans l’eau. « Son corps devait être assez souple et flexible pour pouvoir se mouvoir et exécuter des contractions afin d’expulser l’eau, mais pas aussi gélatineux et fragile qu’une méduse », imagine le chercheur.

Une grande gueule et pas de trou du c*l… Ca ne vous rappelle personne ?

Sources : Nature, FranceInfo