fbpx
Découvertes
Partager sur

Les drones utilisés pour livrer de la drogue dans les prisons

Les drones utilisés pour livrer de la drogue dans les prisons

Au Canada un nouveau phénomène est en train de voir le jour celui de voir apparaître des drones téléguidés au dessus des centres carcéraux pour livrer diverses marchandises

Les cas sont encore rares mais pourtant bien présents et notables. Depuis 2011, deux drones on été aperçus survolant des prisons québécoises et trois autres ont été saisis par les autorités à l’intérieur même des centres de détention de Rivière-des-Prairies et de Montréal. Selon le président du Syndicat des Agents de la Paix en Services Correctionnels du Québec (SAPSCQ) ce chiffre est très étonnant car très peu élevé en comparaison de son propre point de vu.

Cette nouvelle technique qui peut surprendre est néanmoins beaucoup plus efficace que les flèches ou que les balles de tennis habituellement lancées dans les cours des prisons. Matthieu Lavoie le président du SAPSCQ s’est exprimé au sujet de l’utilisation des drones dans le milieu carcéral : À mon avis, c’est plus que ça avant d’ajouter : C’est encore arrivé dans les dernières semaines.

Un événement similaire au dessus de la prison de Hull en novembre 2013, toujours au Canada, avait alerté les médias internationaux du danger potentiel que pouvait représenter la présence de tels drones à proximité des prisons.

La suprématie des drones sur toute autre technique

Cette technique est beaucoup plus difficile à déceler pour les autorités et bien plus efficace pour les criminels. En effet, l’utilisateur du drone peut se trouver à près d’un kilomètre de la prison tout en pilotant son drone. Plus le temps passe et plus les drones sont performants et peuvent transporter des charges importantes.

Même sans cette amélioration de la part des drones, les quantités transportées seront toujours plus importantes par les airs que par le sol. Entre 2008 et 2013 plus de 86 personnes ont été interceptés dans les centres de détentions avec des substances illicites sur eux. Le problème est donc loin d’être réglé…