fbpx
Découvertes
Partager sur

iPhone: une faille de sécurité a permis d’espionner des journalistes !

iPhone: une faille de sécurité a permis d'espionner des journalistes !

Gros bad buzz pour iPhone ! Un bug chez Apple a permis d'espionner des infos dans les téléphones de certains journalistes... Aïe aïe aïe !

La liberté de la presse vient donc de prendre un gros coup ! Un virus créé en Israël aurait en effet permis d’espionner des journalistes d’Al Jazeera s’ils avaient des iPhone… Un scandale serait donc en vue !

Car tout commence avec un doute. Tamer Almisshal, journaliste chez Al Jazeera, décide d’aller voir Citizen Lab… alors que certaines de ses infos sembles corrompues. Il doute donc de l’intégrité de son smartphone…

Et surprise, son iPhone a bien un problème : un virus permet de tout savoir de lui ! Son micro, ses photos, ses mots de passe : tout est à la portée de ceux qui ont implanté le virus.

Reste donc à savoir qui, et à remonter la filière. Citizen Lab se met donc à remonter les pistes jusqu’à la firme qui a créé le malware. Elle se trouve en Israël… Et l’a aussi vendu à d’autres pays !

L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabe Unis ont donc eu accès à ce virus, géré par les hackers de NSO… D’après The Guardian, le virus aurait ainsi touché les téléphones de pas mal de journalistes !

iPhone: une faille de sécurité a permis d'espionner des journalistes !

Un bug chez iPhone permet d’espionner des journalistes…

En tout, le gouvernement saoudien aurait ainsi infecté 36 téléphones de journalistes d’Al Jazeera… Ce qui fait, en tout, 18 journalistes dont toutes les informations n’étaient plus du tout secrètes !

Un vrai désastre pour la liberté de la presse, dénoncé par Citizen Lab… De leur côté, les Emirats Arabe Unis auraient infecté 15 iPhone de journalistes nationaux. Mais les hackers de NSO se défendent !

Ils expliquent en effet que le programme permet d’infecter n’importe quel téléphone avec une version antérieure à iOS 14 sans laisser de trace… Mais qu’il se destinait à cibler les criminels.

Les gouvernements des Emirats Arabe Unis et de l’Arabie Saoudite se retrouvent donc en ligne de mire. Accusés d’avoir piraté des iPhone pour leurs propres fins, ils auraient ainsi cassé la liberté de la presse et des sources.