fbpx
Découvertes
Partager sur

90% des comptes Google+ n’auraient jamais rien publié

90% des comptes Google+ n’auraient jamais rien publié

Cela fait plusieurs années qu'il est là... Google+ est une véritable communauté fantôme. Le niveau d'activité de ce réseau suscite de nombreux commentaires sur le web.

Dès la naissance de cette plateforme sociale, de nombreux internautes voyaient déjà Google+ s’effondrer aussi rapidement qu’il est apparu.
D’après une étude menée par Eric Enge, environs 90% des profils utilisateurs inscrits sur Google+ n’auraient jamais rien publié ni utilisé la plateforme. Dans le cadre de son étude, Eric Enge a analysé aléatoirement 516.246 profils afin d’aboutir à des constats édifiants. MCE vous dit tout sur cette étude!

Google+, une ville fantôme

En analysant son fichier de 516.246 profils Google+, le premier constat qu’a pu faire Eric Enge, c’est que très exactement 464.459 profils n’ont jamais rien publié sur leur profil ou utilisé la plateforme Google+.
Ce nombre impressionnant représente tout de même 90,1% de cet échantillon de profils qui sont donc de véritables fantômes sur Google+, et ce depuis sa création.

90% des comptes Google+ n'auraient jamais rien publié
90,1% des comptes Google+ n’auraient jamais rien publié

Les critiques à propos Google+ reviennent souvent à expliquer que la plus grande partie de l’activité sur Google+ est le résultat des activités sur l’ensemble des produits Google (comme Drive, Gmail ou encore YouTube).

Par exemple, tous les utilisateurs qui souhaitent utiliser la plateforme de vidéos YouTube doivent avoir un compte Google+ relié à son compte YouTube. Ainsi, si un internaute souhaite utiliser Gmail, Google Drive, ou encore les Docs Google, celui-ci verra son activité automatiquement affichée sur Google+ (publication sur le profil automatique).

C’est pour cela que Eric Enge a souhaité montrer pour son étude, que des utilisateurs n’utilisant seulement le flux Google+, autrement dit qui postent une information réelle dans leur flux.

Le tableau ci-dessous nous le résume parfaitement:

Les utilisateurs utilisant réellement la plateforme se font rare
Les utilisateurs utilisant réellement la plateforme se font rare

-Chiffres des profils actifs : Avec 464.459 profils sans aucun contenu sur les 516.246 analysés, il n’y aurait alors que 49.975 profils Google Plus qui pourraient être considérés comme actifs.

Soit actuellement 9,7% de tous les profils testés et 9,9% de tous les profils valides actuellement.

Ainsi, pour 9,7% sur 2,2 milliards de profils Google+ actuellement créés, il n’y aurait que 212 millions de personnes qui ont eu une activité quantifiable sur Google+.

-Plus de 50 messages publiés : Il s’agit de tous les Google+ profils ayant publié au moins 50 messages par l’intermédiaire de l’API de Google+ (automatisation) depuis la création de ces profils.

Ce qui représenterait 0,3% de l’ensemble des profils testés, soit 7,67 millions d’utilisateurs.

Mais, en ajustant ce chiffre, Eric Enge arrive à 6,66 millions d’utilisateurs.

-Les utilisateurs avec plus de 50 posts publics publiés durant ces 30 derniers jours : Il s’agissait de savoir si ces personnes ayant plus de 50 posts sont toujours actives sur Google+.

Et là, Eric Enge arriverait à 3,54 millions d’utilisateurs actifs pendant les 30 derniers jours par rapport aux 6,66 millions d’utilisateurs ayant plus de 50 posts mentionnés ci-dessus.

-Les utilisateurs ayant au moins 10 posts depuis leur création : Après modération, le nombre de personnes avec au moins 10 posts et plus depuis la création de leur profil indique un total de 21,8 millions d’utilisateurs actifs.

-Les utilisateurs ayant au moins 5 posts depuis leur création : On arrive à 32,9 millions d’utilisateurs actifs.

-Les utilisateurs ayant au moins 1 post depuis leur création : Enfin, pour les personnes ayant posté un seul post sur leur profil Google+, on compterait 111,9 millions d’utilisateurs actifs.

-Les profils n’ayant aucun post (zéro post) par le passé : Sur les 49.975 profils considérés comme actifs (voir plus haut), il se trouve que 7.493 d’entre eux n’affichent aucun post sur leurs profils. Soit 15,1% des profils considérés dès le départ comme actifs.

Toutefois, il est possible que ces profils aient publié un message en mode privé sur Google+. Soit de façon délibérée, soit par erreur.

-Les personnes n’ayant jamais publié publiquement sur Google+ : En ajoutant les personnes n’affichant aucun post par le passé (voir ci-dessus) aux profils inactifs, il semblerait alors que, finalement, il y aurait 91,8% de profils qui n’ont jamais posté publiquement sur Google+.

Il faut le rappeler, un utilisateur actif est considéré comme tel si il s’est connecté au moins 1 fois les 30 derniers jours.

De moins en moins d’utilisateurs

L’auteur de l’étude sur Google+ ajoute à cela « Seuls 23,4 millions de personnes ont publié publiquement sur Google+ durant les 30 derniers jours. Et ce, avec un “noyau dur” de 358.000 profils qui publient plus de 50 posts publics chaque mois.

Après ajustement, on arrive à 16 millions de profils (au lieu de 23,4 millions) et 106.000 de profils (au lieu de 358.000) respectivement pour ces deux groupes cités ci-dessus »

Rappelons-le, on ne compte toujours pas l’activité sur YouTube ni celle de Google Play.

Que retenir de tout cela?

Contrairement aux apparences, Google+ est [encore] très loin d’être mort et enterré. Même si cette étude rapporte de bien mauvais chiffres pour la plateforme du géant américain, arobasenet.com rapporte que Google+ est encore loin d’être abandonné et ce pour les raisons suivants:

« Google+ a permis à Google d’unifier tous les identifiants de tous ses utilisateurs. Et ça, c’est un succès ! »

« Le bouton +1 est très intégré dans Google+ et dans tous les autres produits Google et il ne pourrait pas survivre sans la plateforme sociale. Même si Google+ s’appellera bientôt “Streams”. »

« Google+ est trop intégré dans Youtube et Google My Business qui est aujourd’hui très important pour le référencement local sur Google. »

« Google+ permet a Google d’avoir des données sociales afin de personnaliser les résultats de recherche des utilisateurs connectés à leurs comptes Google. Et accessoirement pour leur afficher des publicités personnalisées en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs activités sur Google+ »

Sources: arobasenet.com, Stone Temple