fbpx
Découvertes
Partager sur

Le créateur de Facebook, Mark Zuckerberg, va créer un lobby politique

Le créateur de Facebook, Mark Zuckerberg, va créer un lobby politique

Le PDG de Facebook veut créer un groupe de pression pour faciliter l’accès à la nationalité américaine aux immigrés. Pour financer ce projet, Mark Zuckerberg doit lever 50 millions de dollars

Etre à la tête du plus grand réseau social de la toile ne suffit plus à Mark Zuckerberg. Il veut désormais se lancer en politique, rapporte le Politico et le Wall Street Journal. Le fondateur de Facebook participe actuellement à la création d’un lobby en collaboration avec Joe Green, son ancien colocataire de Harvard.

Le jeune homme de 28 ans veut faire passer des lois au Congrès pour faciliter l’accession à la nationalité américaine aux immigrés, réformer l’éducation ainsi que le financement de la recherche scientifique. Des mesures ciblées à l’économie numérique. En effet, les entreprises high-tech cherchent à embaucher des talents étrangers, une embauche qui se heurte souvent à des procédures d’immigrations compliquées.

Récolter 50 millions de dollars

Le groupe de pression n’a pas encore de nom mais pourrait voir le jour d’ici quelques semaines. Pour se faire, Mark Zuckerberg et ses collaborateurs doivent récolter 50 millions de dollars. Une somme qu’ils ne devraient pas avoir de mal à trouver, le PDG de Facebook devrait engager plusieurs millions de ses deniers personnels et une douzaine de patrons d’entreprises high-tech, à l’image du fondateur de Linked In, ont promis de mettre la main à la pâte.

Un lobby mixte

Il est difficile de connaître l’orientation politique de Mark Zuckerberg. En février dernier, il a organisé à son domicile en Californie une levée de fonds pour aider la réélection de Chris Christie, le gouverneur républicain du New Jersey. Durant la campagne présidentielle de Barack Obama, le jeune homme avait également rencontré à plusieurs reprises le candidat démocrate. De ce fait, le lobby devrait être composé de conseillers républicains et démocrates ainsi que des chefs d’entreprise du secteur numérique engagés en politique.

F. G.