fbpx
Découvertes
Partager sur

Google obligé de se défendre contre les requins

Google obligé de se défendre contre les requins

Un représentant de Google a déclaré pendant le Google Cloud Roadshow que la société de Mountain View équiperait bientôt ses câbles sous-marins avec du kevlar pour lutter contre les attaques de requins

Tous les utilisateurs de ce type de câbles sous-marins le savent : les poisons raffolent de ces tubes posés au fond de l’océan. Ce n’est pas récent puisque le fait est reconnu depuis 1987, d’ailleurs cette année là le célèbre new York Times écrivait dans ses pages : Des requins ont démontré un goût inexplicable pour les nouveaux câbles à fibre optique que l’on installe au fond de l’océan et qui relient les Etats-Unis, l’Europe et le Japon.

Google, qui a déjà rencontré des problèmes comme des pannes de réseaux à cause de ses attaques, décide qu’il est grand temps de riposter et de trouver une solution. Un chef de produit l’a trouvé dans un objet qu’on aurait été loin de s’imaginer : les gilets par balles. Ces derniers sont faits, entre autres, de Kevlar (matériel extrêmement résistant) ce qui permet de stopper les balles de petits et moyens calibres. Google a donc décidé de l’utiliser pour ses câbles et devrait rapidement les enrober de ce matériel ultra résistant.

Google ne cesse d’innover

Aujourd’hui on ne peut plus se passer de Google mais Google ne peut plus se passer de nous, ce qui fait sa richesse c’est le fait que les utilisateurs puissent compter sur une infrastructure stable qui ne plante pas tous les dix jours. Avec ce nouveau procéder il devrait permettre le maintient de son réseau mais surtout le transfert de ses données de façon ultra rapide.

Urs Holzle, le chef des infrastructures Google, a récemment annoncé qu’un nouveau système de câble transpacifique verrait bientôt le jour reliant le Japon aux Etats-Unis. Il devrait sans aucun doute être équipé de Kevlar afin de le protéger au maximum. Nul ne sait pourquoi les requins adorent dévorer ces câbles faits de fibre optique même si certains médias affirment qu’ils sont attirés par les champs électromagnétiques et que par conséquent ils « aiment » le courant.