fbpx
Découvertes
Partager sur

Corée du Sud : quand les smartphones s’autodétruisent

Corée du Sud : quand les smartphones s’autodétruisent
Partager
Partager sur Facebook

Après avoir dénombré un million de smartphones perdus ou volés en 2013 en Corée du Sud, le pays a décidé d'agir avec la fonction d'autodestruction

Annoncée par le ministère sud-coréen après de long mois de discussion avec les géants de la téléphonie mobile, la fonction Kill Switch (autodestruction) devra être équipée sur tous les téléphones vendus sur le territoire.

Protéger les données personnelles et faire baisser la délinquance : c’est le but du gouvernement Sud Coréen en instaurant une fonction d’autodestruction sur tous les appareils mobiles vendus dans le pays. C’est plus d’un million de Smartphones qui ont été perdus ou volés sur la seule année 2013 en Corée du Sud, il était donc urgent de trouver une solution. Le Kill Switch, cette nouvelle fonction, permettra d’activer une destruction des données sensibles du téléphone à distance mais aussi la capacité de rendre inopérant ce dernier. Le Galaxy S5 de Samsung serai déjà équipé de ce système et l’installera automatiquement sur toute sa gamme de produits à venir. Données bancaires, informations personnelles et mots de passes, autant de choses importantes que les utilisateurs de Smartphones cherchent à protéger à tout prix.

L’autodestruction des smartphones aux Etats-Unis

Aux USA, le débat fait rage. Les citoyens américains souhaitent voir apparaître cette fonction le plus rapidement possible ainsi que certain élus, mais les opérateurs téléphoniques américains voient ce nouveau système d’un très mauvais œil. Effectivement, les revenus générés par les assurances contre le vol et le remplacement des téléphones volés sont assez importants et les opérateurs ont peur de perdre cette source de profits. En Californie, des élus ont déposé un texte de loi visant à rendre obligatoire l’installation de cette fonction sur tous les téléphones mobiles vendus dans cet Etat à partir du 1er janvier 2015.


P. L