fbpx
Découvertes
Partager sur

Jeux vidéos : Lara Croft et Sim City, les stars de 2013

Jeux vidéos : Lara Croft et Sim City, les stars de 2013

Cette année, deux légendes du jeu vidéo font leur retour : Tomb Raider et Sim City. Absents des rayons depuis de longues années, l’enthousiasme des aficionados est à son comble. Des experts ont d’ores et déjà testé ces jeux, annonçant satisfaction et grandes déceptions

Une Lara Croft au sommet

Le nouvel opus de Tomb Raider prend la forme d’un « reboot » qui nous fait découvrir une nouvelle Lara Croft. On la retrouve plus jeune que dans les éditions précédentes, à la personnalité plus variée et plus humaine. La célèbre aventurière, partie en expédition au Japon, échoue sur une île inhospitalière : des sortes d’illuminés sanguinaires l’attendent à son arrivée.

La réelle innovation créée par l’association entre Crystal Dynamics et Eidos Montréal est l’option multi-joueurs. On peut ainsi incarner des protagonistes rencontrés pendant le jeu solo, ou personnaliser les équipements des personnages. Les néophytes auront la joie de retrouver leur héroïne sublimée, et de jouer sous de nouvelles perspectives.

Sim City : la déception de 2013 ?

Concernant Sim City, les points positifs sont moins nombreux. Malgré des maps enrichies, un graphisme 3D et une campagne marketing acharnée d’EA Games, le célèbre jeu ludique et de stratégie risque d’en décevoir plus d’un. Le point noir est en effet l’option multi-joueurs… qui n’est pas qu’une option, mais la version unique du jeu ! Cette nouveauté rompt avec la ligne directrice du jeu selon certains, qui consistait à être seul face à sa ville.

Le joueur pourrait annexer d’autres villes proches à la sienne, mais elles risquent fort d’être déjà prises par d’autres joueurs onlines. Cette connectivité offre pourtant une palette de possibilités comme le fait que des habitants de votre ville partent travailler dans une autre, qu’une population banlieusarde s’installe aux abords de votre agglomération, la hausse ou la baisse du taux de criminalité et de pollution… Mais le manque d’indications et le manque de logique dans les événements (comme la succession de catastrophes naturelles) pèsent sur la fluidité du jeu. Sim City aura bien du mal à reconquérir le public qui a fait son succès.

Manon Monmirel