fbpx
Découvertes
Partager sur

Microsoft : le géant s’attaque à internet et détruit des millions de sites pour lutter contre un botnet

Microsoft : le géant s’attaque à internet et détruit des millions de sites pour lutter contre un botnet

Dans sa lutte incessante contre un botnet, la société Microsoft à fait saisir 22 noms de domaine qui étaient sous l’égide de No-IP et les conséquences sont catastrophiques

Lors de son action gigantesque, Microsoft n’a pas fait les choses à moitié et ce sont des millions d’utilisateurs du service No-IP qui en payent les frais. Après avoir lancé une action judiciaire pour stopper les deux malwares visés par cette même action, la société en charge du service No-Ip a déclaré sur son blog que les services de Microsoft mis en place pour cette action étaient la cause de très nombreux problèmes pour les utilisateurs honnêtes.

Pour cette entreprise, la solution de filtrage de Microsoft n’a clairement pas les épaules pour répondre à toutes les demandes, qui se comptent par millions. Le résultat étant que de nombreuses interruptions complètes du service ont été relevé par Vitalwaerks (la société responsable).

Les coupables seront punis

Microsoft s’est cru plus fort que ce qu’il l’était, la preuve en est maintenant faite. Le 19 juin dernier, l’entreprise créatrice de Windows et plus récemment de la Xbox One, a lancé une attaque d’ampleur rarement égalée contre des botnets diffusant des malwares (programmes malveillants) aux noms de Jenxcus et Bladabindi.

Pour cela rien de plus simple pour la société de Redmond qui a assigné en justice deux personnes de chair et d’os identifiées comme les créateurs mais aussi les utilisateurs à distance de ces malwares. La société Vitalwerks qui dirige le service No-IP a aussi été mentionnée dans cette assignation à comparaitre.

Pour Microsoft la faute en revient aux deux parties car si les utilisateurs sont bien évidemment considérés comme coupables, la société Vitalwerks l’est aussi car elle ne protège pas assez son service No-IP et permet donc aux personnes malintentionnées comme les deux accusés de diffuser leur malwares. MCE suivra cette affaire de près pour apprendre le fin mot de l’histoire.