fbpx
Découvertes
Partager sur

Apple et SAP : la Russie demande les codes sources de tous les produits

Apple et SAP : la Russie demande les codes sources de tous les produits

La Russie n'a toujours pas confiance dans les produits étrangers. La preuve est encore faite aujourd'hui puisqu'elle vient de demander à Apple et à SAP de lui fournir les codes sources de tous leurs produits

La demande émane de la tête du gouvernement russe puisque c’est le ministre de la communication en personne, Nikolai Nikiforov, qui a demander aux représentants des deux groupes de fournir les codes sources de leurs produits afin de s’assurer que ceux-ci respectent bien les droit des consommateurs. Apple est une société que tout le monde connais mais SAP est pratiquement aussi importante.

Avec 16,2 milliards de bénéfices engendrés l’année dernière la société est la quatrième plus grosse entreprise productrice de logiciels au monde. Ce qui intéresse monsieur Nikiforov c’est avant tout la base de donnée des consommateurs qui, selon lui, ne doit pas être stockée en dehors du pays. En d’autre termes le ministre de la communication russe souhaite s’assurer que les fournisseurs de services étrangers n’espionne pas la Russie et ses habitants.

Nikolai Nikiforov à même déclaré dans un communiqué : Les révélations d’Edward Snowden et les déclarations de certains services de renseignement américains sur le renforcement de la surveillance de la Russie nous amènent à nous poser la question de la confiance que nous pouvons accorder aux logiciels et matériels étrangers. Depuis que la Russie héberge Edward Snowden elle est beaucoup plus regardante sur la sécurité informatique en particulier sur les données personnelles de ses citoyens qui pourraient être exploitées à des fins douteuses.

Apple et SAP ne sont pas les premiers

Ce n’est pas d’aujourd’hui que la Russie considère les pays étrangers et en particuliers les États-Unis (aucunement besoin de rappeler la guerre froide) comme étant des capitaliste qui représentent plus ou moins le mal incarnés. Pour elle il semblait donc logique qu’elle ait un droit de regarde sur les activités que ces entreprises étrangères pourraient avoir sur son territoire. Microsoft est l’exemple typique de cette méfiance puisque la société de Redmond fournie les codes sources de ses produits à la Russie depuis plus de dix ans maintenant.

Nikolai Nikiforov l’a rappelé en déclarant : De toute évidence, les entreprises qui communiquent le code source de leurs programmes n’ont rien à cacher, mais ceux qui ne souhaitent pas établir de coopération avec la Russie sur cette question peuvent avoir des choses à se reprocher. Pour l’instant rien n’oblige légalement les deux entreprises à communiqués les codes sources de leurs produits mais cela leur est vivement recommander si elles ne veulent pas voir le marché russe se fermer.