fbpx
Découvertes
Partager sur

Free annonce avoir conquis 5,2 millions d'abonnés

Free annonce avoir conquis 5,2 millions d'abonnés
Partager
Partager sur Facebook

Depuis son lancement en janvier 2012, Free Mobile a séduit 5,2 millions d’abonnés. L’opérateur de téléphonie mobile représente près de 8% des parts de marché. Un résultat qui n’est pas sans conséquence pour les concurrents

Ça y est, c’est officiel. Free a dépassé les 5,2 millions d’abonnés en l’espace d’un an. Un résultat incroyable qui a bousculé le marché de la téléphonie mobile en proposant des offres très inférieures à celle de la concurrence. Tout a commencé le 10 janvier 2012 où le groupe de Xavier Neil proposait un forfait à 19,99 euros/mois avec Internet, SMS/MMS et appels illimités. Hier, Iliad, la maison-mère de Free, a annoncé totaliser 5,205 millions d’abonnés mobiles à la date du 31 décembre 2012. Selon le groupe, la répartition des abonnés entre les deux forfaits proposés est assez équilibrée.

Des concurrents abasourdis et désemparés

Alors que l’activité mobile de Free représente 3,15 milliards d’euros avec une progression de 48,5% sur un an, les concurrents voient leurs résultats baisser. Ces derniers jours, les trois célèbres opérateurs France Télécom, SFR et Bouygues Telecom ont publié des résultats mitigés, voire plus mauvais que prévu, tous évoquant la pression concurrentielle subie en France depuis l’arrivée de Free. C’est Bouygues Telecom qui a été le plus durement touché. En 2012, l’opérateur a clos son premier exercice déficitaire depuis 10 ans, et prévoit un nouveau repli de l’activité pour 2013. De son côté, Pascal Richard, le patron de France Télécom, a déjà prévenu que si l’arrivée de Free a provoqué une baisse de l’ordre de 10% dans le mobile, ce repli va se prolonger en 2013. Toutefois, pour le directeur général d’Iliad, Maxime Lombardini Globalement, cela ne va pas si mal pour la concurrence. Même si les rentabilités se dégradent un peu, il reste des sommes considérables, en tout cas permettant de financer les investissements, et les dividendes annoncés par les trois groupes qui sont encore à des niveaux très élevés, a-t-il ajouté.

Déborah Dijaud