MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
Actualités
Partager sur

Montpellier: un étudiant condamné pour ivresse sur simple dénonciation

Montpellier: un étudiant condamné pour ivresse sur simple dénonciation
Partage
Partager sur Facebook

Un étudiant de Montpellier vient d’être condamné à 500 euros d’amende pour conduite en état d’ivresse sur la foi d’un témoignage.

C’est sans doute une première en France selon me Paras, l’avocat de Jérémy. Le jeune homme vient d’être condamné à 500 euros d’amende et six mois de suspension de permis pour conduite en état d’ivresse.

Mais aucun test d’alcoolémie n’a été effectué sur le jeune homme. En effet, sa condamnation repose uniquement sur le témoignage d’une femme. Retour sur cette affaire.

Un témoignage comme seule preuve

Un soir d’octobre 2009, Jérémy est au volant de sa voiture. Il est presque une heure du matin et il rentre de soirée quand il percute un autre véhicule stationné sur le côté de la route selon BFMTV.

Une femme présente au moment de l’accident le voit alors sortir de sa voiture en titubant, uriner sur le trottoir et s’en aller à pied. Elle contacte alors la police estimant que le jeune homme est en état d’ébriété.

Aucune de ces informations n’ont été vérifiées. En effet, Jérémy, étudiant à Montpellier, n’est convoqué au commissariat qu’un mois après les faits. Aucun test d’alcoolémie n’a donc été effectué. Pendant son interrogatoire il admet néanmoins avoir bu un ou deux verres de sangria lors de la soirée.

Une condamnation jugée injuste par Jérémy

En 2013 il passe devant le tribunal pour conduite en état d’ivresse. Le juge requiert 300 euros d’amende et cinq mois de suspension du permis de conduire. Jérémy fait appel. La bataille juridique est lancée.

Le jeune homme nie son état d’ivresse et réfute le témoignage de cette femme. Selon LCI d’une part parce qu’elle a expliqué aux policiers qu’elle avait senti l’odeur de l’alcool sur le jeune homme. Cependant elle se trouvait à 30 mètres de lui.

Par ailleurs Jérémy a expliqué que s’il titubait en sortant de la voiture c’était à cause du choc causé par l’accident. Et qu’il n’avait pas fui le lieu de l’accident mais qu’habitant un peu plus loin il avait simplement décidé de rentrer chez lui à pied.

« On se fie à la parole d’une femme qui ne vaut pas plus que le mien. »

Son avocat, au micro de France Bleu Hérault ironise même sur ce fameux témoignage.

« Je vous avoue que depuis, je n’ose plus me gratter l’oreille au feu rouge, parce que je ne voudrais pas que l’automobiliste d’à côté – qui penserait que je téléphone au volant – contacte la police. »

Jérémy affirme ses droits mais renonce à se battre

Seulement le passage en appel alourdit la peine à laquelle il a été condamné en décembre. Le tribunal lui réclame maintenant 500 euros d’amende et six mois de suspension de permis.

Aujourd’hui, Jérémy dit renoncer à se pourvoir en cassation selon LCI. En effet, les frais du procès lui coûtent au final plus cher que l’amende.

Vidéo recommandée pour vous