MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
Actualités
Partager sur

Migrants: Paris pose des grillages pour éviter les camps sauvages

Migrants: Paris pose des grillages pour éviter les camps sauvages
Partage
Partager sur Facebook

Les villes de Paris et de Saint-Denis ont installé des grillages pour lutter contre les campements sauvages de migrants sur les boulevards.

La décision ne fait pas l’unanimité. En effet, près de 600 mètres de grillages ont été installés avenue du Président Wilson à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Pourquoi ? Car il y a quelques jours, un camps de migrants a été évacué de la zone par la préfecture de police. Le secteur avait vu des migrants s’y installer dans le centre parisien à quelques centaines de mètres situé porte de la Chapelle. La mairie de Paris qui a été contacté par LCI justifie cette mesure par « un problème de fluidité au moment de l’accès à la bulle d’accueil ».

Repliés ensuite sur Saint-Denis, les migrants s’étaient installés dans l’avenue. C’est la mairie de Saint-Denis qui a eu la volonté d’installer les grillages. Celle-ci explique que c’est « un dispositif transitoire qui n’a pas vocation à durer. Nous sommes en train de mener une réflexion sur l’aménagement de cet espace », explique la municipalité de Saint-Denis.

Les villes de Paris et de Saint-Denis parle d’un dispositif provisoire

Mais la décision divise même au conseil municipal. C’est le cas de Madjid Messaoudene, un conseiller municipal. Ce dernier dénonce une mesure qui va « à l’encontre du message que l’on porte. C’est un signal terrible à l’encontre des personnes concernées. Du genre : barrez-vous, on ne veut pas de vous. Cela prive aussi les riverains du peu d’espace vert disponible ». Des manifestations sont déjà prévues par des riverains pour s’opposer à ces grillages.

Mais la ville de Saint-Denis n’est pas la première à installer ces grillages. En effet, début novembre, des grillages ont été installés autour d’un terre-plein central sur l’avenue de Flandre dans le 19ème arrondissement de Paris. Ces grillages avait été posés après l’évacuation d’un camps de migrants dont les 3 800 personnes présentes avaient été mises à l’abri. La mairie de Paris précise que les grillages encore en place aujourd’hui sont là pour « empêcher l’installation d’un campement sauvage. Mais on cherche surtout un système pour avoir une occupation humaine ».

Des solutions radicales pour empêcher les migrants de s’installer

La municipalité parisienne précise même que ces installations existent aussi dans les 10ème et 18ème arrondissement de la ville. A LCI, la mairie précise que « cela semble convenir aux riverains même si ces grilles sont une solution provisoire et pas satisfaisante ». Les deux villes de Saint-Denis et Paris espèrent pouvoir installer un dispositif plus efficace pour lutter contre les campements sauvages de migrants.

Ces solutions imaginées semblent même trop radicales pour Madjid Messaoudene. En effet, des bancs inclinés, des cactus au pied des barres d’immeubles ou des piques au rez-de-chaussée comme pour lutter contre les pigeons. « On voit fleurir un autre type de mobilier urbain pauvrophobe qui a vocation à empêcher la visibilité de la précarité et de la misère », s’énerve le conseiller municipal au micro de LCI.

Vidéo recommandée pour vous