MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
Culture
Partager sur

Chimène Badi: « J’ai envie de travailler avec Gérald de Palmas » (interview) !

Partage
Partager sur Facebook

A l'occasion de son duo avec Julie Zenatti sur le morceau "Zina", Chimène Badi a répondu à toutes les questions de MCE TV !

La chanteuse Chimène Badi est de retour ! Elle figure sur l’album de Julie Zenatti intitulé « Méditerranéenne ». Chimène prépare aussi un nouvel album pour le début de l’année 2018 ! Sa participation à la comédie musicale Cats, son combat contre le harcèlement, sa passion pour la musique… La chanteuse nous dit tout !

Tu viens de collaborer avec Julie Zenatti sur « Zina », comment s’est passée cette collaboration ?

On est amies depuis des années. J’aime chanter alors j’étais vraiment très très contente de participer à ce projet. Et puis ensuite Julie m’a envoyé une liste de titres et « Zina » en faisait partie. C’est une chanson que je connaissais parce que j’avais été coach de The Voice en Belgique. J’avais rencontré un talent qui avait chanté cette chanson. Quand j’ai reçu la liste c’est vrai que ça a été une des chansons coup de coeur. J’ai dit à Julie « J’aimerais bien la chanter ». Et là est née l’idée du duo autour de cette chanson.

C’est un titre qui prône la liberté et la tolérance, c’est important de partager ces valeurs ?

C’est vrai que le climat est un peu particulier, le climat du moment est un peu particulier et pas forcément rassurant mais c’est important de continuer à défendre ce genre de valeurs bien sûr. Surtout que c’est des valeurs qui m’animent, que je partage avec Julie et avec d’autres artistes sur cet album « Méditerranéennes » et qui m’ont été inculquées depuis que je suis gamine.

Tu as pris part à la campagne contre le harcèlement, soutiens-tu d’autres causes ?

Je ne veux pas soutenir juste pour soutenir. Je trouve que c’est pas bien de faire ça, je crois que c’est important quand on veut soutenir une cause, comme celle du harcèlement il faut vraiment l’avoir vécu et avoir les mots pour pouvoir le défendre. Si c’est quelque chose qu’on ne ressent pas on ne peut pas le défendre comme il le faut, c’est pas honnête.

Dans « Laisse les dire » tu parlais de tes souffrances, est-ce que la musique est une auto-thérapie ?

La musique ça a été une thérapie, une auto-thérapie. La musique c’est aussi pour moi aujourd’hui raconter des histoires, raconter ma façon de voir la vie, de voir les choses, mais aussi de parler de moi, de parler des autres, c’est important. C’est mon mode d’expression finalement. La musique ça me fait du bien donc c’est la seule chose qui me permet de m’exprimer.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de commencer dans la musique ?

Depuis que je suis toute petite j’ai toujours voulu chanter. Déjà toute petite je me mettais dans un coin de la maison et j’étais tout le temps en train de chanter quelque chose. Et puis s’est installé quelque chose de très intéressant et c’est ça qui m’a fait comprendre que la musique me faisait du bien. Pendant ma période d’adolescence c’était pas simple, le collège c’est quelque chose qui perturbe pas mal de gamins et je me rendais compte que le soir quand je rentrais à la maison la seule chose que j’avais envie de faire c’était de chanter et que ça m’apaisais en fait. Et donc je me suis dis « C’est ça que je dois faire, ce que j’ai besoin ».

Tu as mis deux ans avant de revenir sur le devant de la scène, qu’as-tu fait ?

Ha j’ai fait plein de choses. J’ai sorti l’album « Au-delà des mots » et ensuite j’ai intégré la comédie-musicale « Cats » donc ça a été pendant 2 mois très intenses. J’ai joué le rôle de Grizabella et donc voilà, on m’a proposé de passer des auditions, j’ai été retenue et ça a été un moment particulier dans ma carrière d’artiste parce que ça n’a strictement rien à voir avec ce que je fais quand je suis sur scène seule, c’est complètement différent, les techniques de travail sont complètement différentes, la façon de chanter est toute autre chose. Ca a été une très très belle école pour moi. Et puis ensuite ma tournée qui a suivie derrière. Donc j’ai bossé en fait, voilà ce que j’ai fait !

Avec qui aimerais-tu collaborer ?

J’ai envie de travailler avec Gérard de Palmas qui le sait déjà parce que je pense qu’il me prépare déjà quelque chose pour mon futur album. J’ai envie de travailler avec des artistes de la jeune génération mais j’ai encore envie de partager des choses, bien sûr.

Quels sont tes projets ?

Je viens de terminer une chanson pour l’album de Michel Fugain qui va sortir, je crois, en mai. Un autre projet dont je ne peux pas vous parler pour le moment et puis mon album qui lui est prévu pour janvier 2018.

Vidéo recommandée pour vous