MCE est disponible sur
  • Orange 164
  • SFR 177
  • BBox 156
  • FreeBox 199
  • NumEricable 78
  • DartyBox 34
Campus
Partager sur

Laïcité: un prêtre élu président d’université à Strasbourg crée la polémique

Laïcité: un prêtre élu président d'université à Strasbourg crée la polémique
Partage
Partager sur Facebook

Michel Deneken, 60 ans, vient d’être élu président de l’Université de Strasbourg. Rien d’anormal, sauf que Michel Deneken est prêtre.

Michel Deneken est professeur de théologie à l’Université de Strasbourg. Depuis huit ans il est également vice-président de l’université. Et à la rentrée il a été promu président par intérim.

Un prêtre à la tête d’une université

Le vote de mardi 12 décembre a confirmé le statut de président de l’université de Michel Deneken. Mais cette nomination fait polémique à Strasbourg, où il enseigne, et repose une nouvelle fois la question de la laïcité à l’université.

Pourquoi ? Parce que Michel Deneken est prêtre. Ce qui était d’ailleurs une surprise pour la Conférence des Présidents d’Université (CPU). En effet, depuis 2000 ce professeur de théologie n’officie plus dans une paroisse. Par ailleurs, comme le décrivent ses collègues dans Le Figaro, « il n’est jamais venu en soutane ».

Pourtant de nombreuses voix se sont élevées contre son élection. Pour le syndicat de l’Enseignement Supérieur, cité par Le Monde il s’agit d’une « entorse au principe républicain de la neutralité des services publics ».

Même son de cloche chez plusieurs syndicats étudiants de Strasbourg. L’Unef, proche du mouvement Musulmans de France, dénonce « une double allégeance, à l’Etat et au Vatican ». Les communistes de l’université accusent également une main prise du Vatican.

Mais pour l’Afges, syndicat majoritaire, le statut de prêtre de Michel Deneken n’a « jamais été un problème ». D’ailleurs la CPU, avec la voix de Jean-Loups Salzmann, y voit « un bon signe ».

Mais que dit la loi ?

Cette nomination n’est pas illégale. En effet, rien dans la loi n’interdit à un professeur-chercheur, ni à un prêtre, de devenir président d’une université. D’ailleurs, le Conseil d’Etat avait rendu un avis en 1972 à ce sujet. Il rapportait que le principe de neutralité et de laïcité n’empêchait pas d’officier.

D’autant que l’Université de Strasbourg a une longue tradition religieuse avec sa faculté de théologie. Spécificité des universités d’Alsace-Lorraine, depuis l’Occupation. En 2015, face aux nombreuses polémiques entre étudiantes voilées et professeurs, la CPU avait publié un petit guide de la laïcité.

Il y est spécifié que les professeurs ne doivent pas afficher leur appartenance religieuse. Une règle qu’a parfaitement suivie Michel Deneken. D’ailleurs il explique.

« Les engagements et les convictions existent chez chacun, mais l’université est le lieu où ces appartenances n’interviennent pas dans le travail. »

Clique sur "J'aime" pour t'abonner à la page Facebook MCE