MCE est disponible sur
  • Orange 164
  • SFR 177
  • BBox 156
  • FreeBox 199
  • NumEricable 78
  • DartyBox 34
Campus
Partager sur

Etudiant: manger sain comme chez mamie tous les jours c’est possible

Etudiant: manger sain comme chez mamie tous les jours c'est possible
Partage
Partager sur Facebook

Une plateforme propose aux étudiants de manger sainement en pratiquant l'échange entre séniors et jeunes. Une initiative utile dans la vie des jeunes.

Marre du restaurant universitaire ? Il faut dire que la bouffe n’est pas toujours réellement au top. Et c’est dans ce cadre là que La plateforme Paupiette créée par Enora Goulard a été lancée. Cette idée propose aux étudiants de manger chez des séniors contre une somme modique. En effet, alors que le panier moyen d’un étudiant est de 5 à 8 euros par repas, la question est souvent tournée autour de la malbouffe.

Du coup, chez les anciens, pas de problème. Déguster des petits plats maison c’est possible. Pour cela il suffit de s’inscrire sur le site. Pour une somme allant de 4 à 7 euros, en fonction du menu, vous mangerez sainement.

Relancer le dialogue entre les générations

L’objectif de cette plateforme est surtout de donner accès à une alimentation saine aux étudiants. Bien évidemment avec le budget que peut se permettre un jeune. Rien de plus économique du coup que les échanges de service. Si le service permet donc un plus dans la vie de l’étudiant, il permet aussi un échange intergénérationnel. Un échange qui est au bénéfice de la personne qui accueille comme de celle qui est invitée.

Pour réussir à se faire connaître et rendre sa plateforme d’utilité publique, la jeune créatrice a demandé de l’aide aux associations de quartier et aux mairies. Le but étant de faire découvrir son initiative aux personnes concernées de manière plus simple. D’autant que les séniors accueillant les jeunes n’ont pas nécessairement la possibilité de se connecter à internet.

Les étudiants victime de surpoids à cause de la malbouffe

La plateforme a déjà connue un grand succès dans les villes de Quimper et de Bordeaux selon Konbini. Du coup, il faudra attendre la fin du mois d’avril pour voir Paris impliqué dans le processus.

Un bien être nécessaire lorsqu’on sait que selon une étude du Crous paru sur l’Etudiant, 10,4 % des étudiants et 8,1 % des étudiantes sont en ­surpoids. Une tendance qui risque de grandir de plus en plus dans les années à venir. Notamment dû à une mauvaise alimentation.

Clique sur "J'aime" pour t'abonner à la page Facebook MCE