MCE est disponible sur
  • Orange 164
  • SFR 177
  • BBox 156
  • FreeBox 199
  • NumEricable 78
  • DartyBox 34
Campus
Partager sur

Classement PISA: l’exemple d’un échec du système éducatif français ?

Partage
Partager sur Facebook

La France se classe 26ème sur 72 du dernier classement PISA. Une chute considérable d'année en année dont est venue nous alerter Sylvie Bonnet de l'UPS.

Le classement PISA, Programme international pour le suivi des acquis des élèves, a dévoilé ses résultats. La France se trouve à la 26ème place sur 72 du classement. En effet, les notes obtenues par les 540 000 jeunes Français de 15 ans qui ont été testés sont plus que médiocres. 495 en sciences, 499 en lecture et 493 en Mathématiques, la France continue de reculer dans le classement. 25ème en 2012, 18ème en 2014, la France stagne et commence même à dégringoler.

Pour le système éducatif Français, c’est un échec considérable en le complétant au classement du TIMSS paru quelques jours plus tôt. En effet, ce test regroupant les élèves de CM1 était lui aussi catastrophique. La France y était dernière au sein de l’UE en Mathématiques et avant dernier en Sciences.

Sylvie Bonnet, une présidente de caractère

Pour essayer de comprendre les enjeux de ce classement PISA, MCE a accueilli sur son plateau Sylvie Bonnet, Présidente de l’Union des Professeurs de classes préparatoires Scientifiques (UPS) et professeure de mathématiques en classe prépa à Besançon. Elle est devenue la première femme à avoir été élue à la tête de l’UPS en 2013. Une institution qui regroupe 2 700 professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques.

Auparavant, Syvlie Bonnet avait effectué des mission au Maroc. Elle a notamment participé à la création de classes préparatoires aux grandes écoles marocaines dans les lycées.

Comment analyser le classement PISA

Au coeur de cette interview, Sylvie Bonnet revient sur les résultats des lycéens français au classement PISA. Sévère, elle explique notamment que la chute de la France au sein de ce classement est notamment liée au manque de formations et de suivi des professeurs. Mettant en avant le système éducatif Français, elle constate que les politiques françaises entreprises depuis une bonne dizaine d’années vont dans le mauvais sens. En conséquence, elle présente ses solution pour tenter de résoudre le problème.

Quelles analyses peut-on tirer de ces résultats ? Comment les comprendre ? Comment résoudre les problèmes ? Les autres pays sont-ils des exemples à suivre ? La Présidente de l’UPS dévoile tout sur le plateau de Ma Chaîne Etudiante.

Clique sur "J'aime" pour t'abonner à la page Facebook MCE