MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
mauboussin
Partager sur

L’amour en Littérature: et si les grands classiques français étaient les véritables guides de l’amour ?

Partage
Partager sur Facebook

« C’est après une nuit orageuse, et pendant laquelle je n’ai pas fermé l’oeil. C’est après avoir été sans cesse ou dans l’agitation d’une ardeur dévorante, […]

« C’est après une nuit orageuse, et pendant laquelle je n’ai pas fermé l’oeil. C’est après avoir été sans cesse ou dans l’agitation d’une ardeur dévorante, ou dans l’entier anéantissement de toutes les facultés de mon âme, que je viens chercher auprès de vous, Madame, un calme dont j’ai besoin, et dont pourtant je n’espère pas pouvoir jouir encore ». Ces lignes écrites par Choderlos de Laclos dans son roman épistolaire les Liaisons Dangereuses ne sont-elles pas le symbole même de la séduction en littérature ?

En littérature, l’amour n’a pas besoin d’être sans tâche pour être parfait

Mettons les niaiseries littéraires pour se concentrer sur l’impact de l’amour. Et notamment sur sa compréhension dans les grands classiques. Dans cet extrait, nous rencontrons le Vicomte de Valmont. Il se trouve en fait sur les fesses d’une femme de joie. Son jeu ? Rédiger une lettre d’amour à double sens à celle qu’il tente de séduire. Un véritable jeu de séduction dont la situation nous ferait vomir avant de penser à l’amour.

Mais comment parler d’amour dans une telle situation. Car dans cette oeuvre épistolaire, on se rend compte que sous ces airs de libertin épris de conquête, Valmont aime vraiment son interlocutrice. Un amour qui le conduira à la mort. Et c’est probablement cette vision romantique du sentiment amoureux imparfait qui rend si crédible la réalité des personnages. D’ailleurs l’auteur a lui-même laissé le doute en faisant croire à une véritable histoire dont il aurait récupéré les lettres. Un véritable scandale dans les milieux mondains du 18ème siècle.

L’amour fantasmé n’en est pas moins un amour réel

Prenons un autre exemple… Plus récent. Le Diable au corps de Raymond Radiguet. Longtemps considéré comme un roman de seconde zone et même provocateur. Ce livre est pourtant plus proche de la réalité de l’amour que ne l’est Roméo et Juliette ou toute autre pièce de théâtre basée sur un amour improbable.

« Elle était comme ces poètes qui savent que la vraie poésie est chose maudite, mais qui, malgré leur certitude, souffrent parfois de ne pas obtenir les suffrages qu’ils méprisent ». L’auteur exprime à travers ses lignes, la pensée de son narrateur fictif. Mais c’est bien cela la véritable vision de l’amour. Une image proche de celle d’Epinal mais qui pourtant, n’est pas hermétique aux faiblesses humaines. Qu’éprouve le personnage pour cette femme? Un amour probablement fantasmé, mais avant tout réel.

La Littérature, c’est le vrai guide amoureux

Oui, la littérature est un guide permanent sur l’amour. Il n’est pas nécessaire de lire tous les tutos produits par de multiples magazines pour séduire. Il faut surtout lire. Se laisser emporter par la littérature française. C’est le chantre de l’amour dans le monde. D’ailleurs si les Français sont réputés pour leur aspect séducteur, cela vient probablement de toutes les traces écrites laissées depuis près de deux millénaires.

Il n’y a rien de plus formateur en amour que de se laisser plonger dans les grands classiques de la littérature. Pas la peine de bomber le torse et de faire le beau. Ou de claquer l’argent que l’on n’a pas pour séduire la personne d’en face. Le cerveau est la partie la plus efficace.

Cette subtilité, c’est la connaissance des rapports humains. Comment les plus grands séducteurs des millions de livres édités arrivent toujours à leur fin ? En connaissant profondément leurs propres sentiments. Mais il faut se rappeler une chose… Une seule et unique chose ! Les personnages de roman n’existent pas (pour la plupart). Donc c’est la pensée de l’auteur qui est le processus central de l’écriture. Non, il ne faut pas y voir l’image d’un personnage imaginaire, mais celle d’un souvenir ou d’un désir caché d’une personnalité forte derrière sa plume.