MCE est disponible sur
  • Orange 164
  • SFR 177
  • BBox 156
  • FreeBox 199
  • NumEricable 78
  • DartyBox 34
Bannière Mauboussin
mauboussin
Partager sur

L’amour 3.0: Les applications de rencontre, facilités et dangers !

L’amour 3.0: Les applications de rencontre, facilités et dangers !
Partage
Partager sur Facebook

Exit les heures passées sur son ordinateur à chercher l’âme sœur ! Désormais on rencontre une personne grâce aux applications de rencontre sur son smartphone !

Depuis 2012 et l’essor de Tinder, les applications de rencontre sur smartphone (Adopteunmec, Once, HappN, Grinder, Lovoo…) ont ringardisé les sites de rencontre “classiques” chez les 20-35 ans. Leurs avantages ? Plus besoin de passer des heures à remplir un profil, de s’encombrer de dizaines de messages… En 2 clics, on se lance !

L’amour 3.0: Les applications de rencontre, facilités et dangers !

“Meetic, c’est l’amour est dans le pré du web !” nous lance Olivia, 23 ans. “La communauté Tinder est plus fashion, plus jeune… Leur marketing est bien ficelé, la présentation est épurée, on oublie presque qu’on est sur un site de rencontre, on l’utilise désormais comme un réseau social comme les autres.”

Gratuites pour la plupart, ludiques, elles ont l’avantage de la géolocalisation : on rencontre des gens qui habitent le même quartier, qui ont le même style de vie… et cela favorise les sujets de discussion lors de la rencontre.

Juliette 26 ans, est sur HappN depuis un peu plus de 3 ans. “Je me suis inscrite après une rupture douloureuse quand j’habitais à Nantes.” Quand elle est arrivée à Paris, cette jeune femme timide, discrète, qui travaille dans la presse féminine, a continué. “Cela m’a permis de rencontrer des hommes plus facilement, et de me remettre de ma séparation, même si je ne me suis pas remise vraiment en couple.”

L’avantage d’une application comme Tinder, c’est qu’elle est disponible aux quatre coins du monde. On peut donc l’utiliser en vacances ou lors de déplacements professionnels pour faciliter les rencontres et éviter de passer des soirées en solo. Pablo, commercial espagnol de passage à Paris, a rencontré une belle australienne qui était aussi là pour quelques jours. “Il ne s’est rien passé, mais on a passé une bonne soirée !”.

Ariane quant à elle, a rencontré 6 hommes grâce à ces applis. “Comme dans la vraie vie, j’ai rencontré tous styles de mecs : le radin, celui qui voulait juste un plan cul… mais il y a aussi eu Hugo, avec qui j’ai entretenu une relation par vague pendant près de 2 ans. Aujourd’hui, je n’ai plus de nouvelles mais je pense à le recontacter car on avait un bon feeling.”

Pas de relations sérieuses sur les applications de rencontre ?

Le paradoxe de ces applications ? Si elles facilitent la rencontre, il n’est pour autant pas facile de s’engager dans une relation sérieuse. “On zappe trop vite, le choix est tellement énorme qu’on est toujours tenté de se dire qu’on va trouver mieux. En tant que fille notamment, on est sollicitée en permanence.” analyse Juliette.

“Même si je n’y crois plus trop, j’ai toujours un petit espoir de rencontrer quelqu’un de bien. Mais aujourd’hui, Tinder est plus un moyen de se divertir, de parler avec des gens que je n’aurais pas forcément rencontré IRL (in real life, comprenez « dans la vraie vie », ndlr) et aussi d’avoir des “Like”, car ça booste la confiance en soi. La preuve, c’est que la plupart de mes copines qui utilisaient ces applis ont fini par rencontrer quelqu’un autrement !”

Les applications de rencontre: Quelques précautions si vous souhaitez vous lancer :

Eviter les mauvaises surprises
Certes, ces applications sont rentrées dans nos vies quotidiennes et paraissent banales et anodines. Mais elles présentent néanmoins quelques dangers. Des personnes malintentionnées peuvent les utiliser pour installer sur votre téléphone des logiciels, suivre vos déplacements, savoir où vous vivez, où vous travaillez ainsi que les lieux que vous fréquentez, pirater vos données bancaires ou usurper votre identité. En effet, il existe de nombreux faux profils de robots par exemple qui permettent ce type de mauvaises surprises.

Afin d’éviter ce genre de mésaventures, il est recommandé de ne jamais utiliser la même photo pour les différents réseaux sociaux : une photo différente pour Tinder, Facebook, Instagram, LinkedIn… mais également de ne pas utiliser son vrai nom mais plutôt un diminutif ou un pseudo.

A l’inverse, il n’est pas inutile de checker le profil Facebook de la personne que vous allez rencontrer avant le premier rendez-vous. Helena en a fait l’expérience : “j’avais flashé sur Nicolas. Par curiosité, avant de le rencontrer, je suis allée voir son profil Facebook (je l’ai retrouvé grace à son image de profil via Google image). En fait, il ne s’appelait pas Nicolas mais Benjamin. J’ai compris qu’il n’était pas célibataire. Ca m’a calmée.”

Se protéger !
Certaines études auraient fait le lien entre les applications de rencontre et l’augmentation des IST. Pourquoi ? Parce qu’elles facilitent (et multiplient) les relations sexuelles d’un soir et par conséquent favorisent les infections… Même si cela n’a pas été scientifiquement prouvé, il est important de le rappeler : sortez couverts, on ne le dira jamais assez !

Rester prudent
En octobre 2014, une Néo-zélandaise qui avait fait la connaissance d’un homme sur Tinder a été droguée à son insu et violée par plusieurs hommes dans la nuit. Il s’agit d’un cas extrême mais des faits divers plus communs (vols, extorsion) sont aussi arrivés… On informe donc toujours quelqu’un de confiance avant de se rendre à un rendez-vous la première fois. Mieux vaut prévenir…


L’amour 3.0: Les applications de rencontre… par MCETV