MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
banniere-mauboussin
mauboussin
Partager sur

Couple: peut-on parler d’amour lorsqu’on parle de jalousie ?

Partage
Partager sur Facebook

La jalousie est un sentiment qui n'est inconnu de personne. Il est difficile de parler de sentiments amoureux lorsqu'on évoque la jalousie

Tout le monde ne la vit pas de la même façon. La jalousie se caractérise parfois par une rage folle et incontrôlable. Dans d’autres cas par un abandon totale de la conscience humaine. Ce sentiment humain, souvent assimilé à l’amour n’est rien d’autre que la perte d’une chose qui nous tient à coeur.

Il ne faut pas confondre la jalousie avec l’envie par exemple. Ce sentiment est la volonté d’avoir quelque chose que l’on n’a pas, un bijou, un sac à main ou des vacances. La jalousie, c’est la peur de perdre ce que l’on a. Et si l’homme a bien peur de perdre quelque chose, c’est bien l’amour.

La jalousie ne se caractérise pas nécessairement avec un fait avéré. Julien était un homme extrêmement jaloux. Mais pourtant, ceux qui le connaissaient en profondeur ne pouvait pas le comprendre. Coureur et dragueur, son début de relation a été compliqué. La monogamie ne semblait pas être sa priorité. Mais une fois rangé, l’homme a commencé à éprouver de la jalousie envers sa compagne, pourtant fidèle.

Peut-on parler d’amour quand on parle de jalousie

Selon Freud, il s’agit d’une jalousie de protection. C’est à dire qu’il exprimait sur elle une forme de frustration de ne pas succomber à sa nature. Il reprochait à sa femme ce qu’il désirait réellement faire. Mais la jalousie est-elle une preuve d’amour ou une preuve de possession égoïste ? Beaucoup se sont penchés sur la question et la réponse n’est pas évidente. Pourquoi ? Car la réponse à la jalousie est avant tout quelque chose de personnelle.

Ce sentiment est une sensation extrêmement complexe. Peut-on parler d’amour lorsqu’on parle de jalousie? Cette dernière a brisé plus d’un couple. Et parmi ces couples, certains évoqueront plus le côté maladif de la chose que son aspect romantique.

Car la jalousie est la maladie des égoïstes, la maladie des frustrés et des déçus. Certains psychologues expliquent ce sentiment par un traumatisme de la jeunesse. Celle-ci ayant été déclenchée une première fois durant l’enfance, elle se répercute grâce à une projection de la douleur. Une personne n’ayant jamais ressenti cela ne peut pas mesurer le degré de cette douleur.

L’indifférence est-elle la meilleure des réponses ?

Ainsi la jalousie serait naturelle chez certaines personnes. Mais elle ne se caractérise pas de la même manière entre les hommes et les femmes. Pourtant, les deux sexes ressentent pourtant les mêmes choses.

C’est la manière d’appréhender ce flot de sentiments qui change. La femme aura une forme de curiosité envers sa rivale. L’homme renfermera cette fureur en lui jusqu’à ce que celle-ci se manifeste d’une manière totalement surprenante. Nous sommes donc tous égaux face à la jalousie. Certains ont cependant réussi à trouver une parade.

La parade à la jalousie… Si un chercheur l’avait trouvé, il serait célèbre. Car pour le moment, le seul moyen d’y faire face c’est l’indifférence… Mais l’indifférence est l’extrême opposé de la jalousie. Renfermer ses sentiments pour ne pas avoir à les affronter est contraire à la pensée humaine. Il est même contraire aux relations sociales.

Comment définir l’indifférence comme une solution lorsqu’on parle d’amour? C’est avant tout le partage qui fait naître une relation. Comment une telle douleur peut-elle ne pas toucher une personne ? Car l’indifférence n’est pas l’absence de sentiments, mais le manque de reconnaissance de ces derniers.

La jalousie, le sentiment de la vie humaine

D’autant plus que ce type de comportement n’est simplement que l’illustration de la peur et de la faiblesse. Se protéger d’une chose par peur de ne pas réussir à l’affronter. Oui la jalousie est une douleur. Mais elle est indissociable de la vie.


Couple: peut-on parler d'amour lorsqu'on parle… par MCETV