MCE est disponible sur
  • Orange 164
  • SFR 177
  • BBox 156
  • FreeBox 199
  • NumEricable 78
  • DartyBox 34
Bannière Mauboussin
mauboussin
Partager sur

Les Facettes de l’amour: 4 techniques de drague au banc d’essai !

Les Facettes de l’amour: 4 techniques de drague au banc d’essai !
Partage
Partager sur Facebook

On a testé pour vous des techniques de drague. Et oui, il faut tester pour savoir si ça fonctionne, et, vous avez de la chance, on s'est dévoué !

On a tous nos « techniques de drague ». Porter son pull porte-bonheur, piquer les techniques de séduction des films, livres… Oui mais celles-ci peuvent s’avérer bien compliquées, voire inefficaces. Notre banc d’essai et quelques conseils s’imposent…

Technique de drague n°1 : porter son pull porte-bonheur

En mode drague avec le pull que l’on a depuis le collège et qui nous va encore (parce qu’il a su s’adapter avec le temps, les lavages, et surtout le temps). Un porte-bonheur parce qu’on l’a adoré, qu’on le portait lors de nos Noëls préférés, nos chagrins d’enfance, parce que tout le monde voudrait qu’on le jette, parce qu’il ne ressemble à rien, parce que c’est lui.

Ça semble être une bonne idée : un porte-bonheur, c’est dans le nom, ça devrait aider ! On se sent (trop) bien dedans, en confiance.

Mais en réalité : il est moche (le pull), et, quoi que l’on fasse, lorsqu’on abordera la personne qui nous plaît, on sera mal à l’aise, et c’est normal. On se dévoilera, se mettra en danger (émotionnellement), et la peur de l’échec va avec. Sans oublier que cette technique ne fonctionne pas quand il faut chaud. Et, surtout, si on passe de Dr Jekyll Mamour à Mr Hyde crispé dès qu’on enlève notre pull, ça risque de rendre légèrement perplexe celle ou celui qui nous plaît (la schizophrénie n’est pas très sexy a priori).

Variante : fonctionne aussi avec le slip, la chaussette, le bracelet porte-bonheur…

Notre conseil : si porter un objet porte-bonheur sur soi peut nous rassurer, il ne faut tout de même pas accorder trop de crédit à celui-ci. Le cheveu propre, le poil taillé, les habits assortis. Prendre soin de soi tous les jours est important. Pour soi-même, et parce qu’on ne sait pas quand on croisera la prochaine personne qui nous plaira.

Technique de drague n°2 : en duo, comme Cyrano

La pièce de théâtre d’Edmond Rostand (avec Cyrano, Roxane, Ragueneau…) et sa fameuse technique de drague. Votre binôme vous aiderait à compter fleurette à la personne de vos rêves. Ses mots et votre sourire.

Ça semble être une bonne idée : il faut tout d’abord trouver une doublure parmi nos amis, s’équiper en Cyrano du XXIème siècle avec oreillettes et binôme en ligne pour nous souffler nos répliques.

Ça demande un peu de préparation. Et une fois la glace brisée, nos conversations devraient ensuite se faire toutes seules…

Mais en réalité : il y a tout d’abord le risque non négligeable de se faire griller. Situation gênante s’il en est. Et on fait quoi, si notre double poète n’a plus de batterie, en cas de problème technique ? S’il change d’avis ? Si la fille ou le garçon préfère notre binôme à nous (encore pire) ? On peut aussi finir par choisir une formule moderne : on se lance à 3 pour former un joli trouple… Une technique de drague qui n’est donc pas sans risque.

Notre conseil : il peut être intéressant de chercher des idées de jolies phrases à prononcer face à la personne qui nous plaît, en demandant conseil à ses amis, en s’inspirant des séries, de la littérature, de nos articles… Sans copier-coller des formules toutes prêtes, mais en adaptant les idées que l’on entend ou qu’on lit à notre faon de parler, à nous, et à celle ou celui qui nous plaît.

Technique de drague n°3 : l’acquiescement systématique

Technique de drague qui consiste à dire « oui », « ok », « d’accord », à tout ce que l’autre dit, pour ne pas la ou le contredire et lui faire remarquer qu’on a des points communs.

Ça semble être une bonne idée : on ne se montre pas vindicatif, à toujours vouloir avoir le dernier mot, pinailler sur chaque détail, reprendre l’autre sur ses fautes d’orthographe (ça agace, il paraît).

On ne se lance pas non plus dans des débats enflammés sur le mariage pour tous, le Brexit, la jungle de Calais, le départ du Dr Mamour… Débats qui pourraient finir en discussions houleuses, voire en disputes. Au contraire on aura l’air ouvert d’esprit, et, cerise sur le gâteau, on semblera avoir des points communs… Mais en réalité : les échanges risquent de tourner court, on est presque sûr de s’ennuyer fermement.

D’avoir l’air idiot(e). Et, en outre, c’est important, l’autre ne saura jamais ce que l’on pense vraiment. Et si l’on doit acquiescer à « Tu sais que les Extra-Terrestres ont colonisé la Terre il y a des millions d’années, nous ont créés à leur image, puis sont partis afin de nous laisser évoluer ! » ? Ou pire, à des réflexions sexistes, xénophobes… Et si on se rapproche, il nous faudra toute notre vie assister à TOUTES les conférences hebdomadaires des T.P.A.L.R.D.E.T. (les « Terriens Patients Attendant Le Retour Des Extra-Terrestres »). Alors que si on avait tout de suite exprimé un point de vue différent, on aurait au moins des débats intéressants.

Notre conseil : on évite bien sûr de chercher à systématiquement contredire l’autre afin d’avoir le dernier mot. On pense à se trouver des points communs. On parle de tous les sujets qui nous viennent à l’esprit (séries télé, voyages, cours, littérature, musique…) et on apprendra à se connaître et on se trouvera avec de la chance des points communs dans plusieurs domaines.

Technique de drague n°4 : on change tout, comme Katherine Heigl dans L’Abominable vérité

Le film de Robert Luketic sorti en 2009. Si vous ne l’avez pas vu : Katherine Heigl (Abby) est productrice pour la télévision et a du mal à trouver l’amour. Elle se fait coacher par son nouvel animateur vedette, sexiste, grossier, impoli (Mike), afin de séduire son nouveau voisin. Mike lui conseille de tricher sur son physique (rajouts capillaires), sa personnalité (devenir une idiote qui rit à tout). Abby finit par tout avouer au médecin, qui ne l’appréciait donc pas pour elle-même, et par tomber amoureuse de Mike…

Ça semble être une bonne idée : relooking, phrases apprises par coeur, attitudes corrigées, on a tout à gagner, a priori, à tenter de faire au mieux pour plaire à la personne qui nous plaît.

Mais en réalité : faire au mieux, oui, devenir un(e) autre, non. Parce qu’on veut être apprécié pour soi, parce que jouer un rôle pendant quelques semaines en draguant quelqu’un, c’est peut-être simple, mais continuer à jouter ce rôle pendant une relation toute entière, ça l’est moins. « Je me suis amusée à me transformer en me relookant totalement pour une soirée entre copines chez une amie d’une amie. Perruque, nouveau look, nouvelle personnalité. Je me suis inventé un nouveau personnage. Pour le fun. Bien sûr, je rencontre LE garçon le plus mignon, sympa, drôle que j’ai jamais vu. On sympathise, il veut me revoir, je lui donne… un faux numéro de portable. J’étais ce personnage et je ne voyais pas comment lui expliquer ma « transformation » d’un soir. Je pense encore parfois à ce garçon… » (Laurie, 21 ans, étudiante.)

Notre conseil : si on déteste son look, ou juste si on a envie d’en changer, pourquoi pas se relooker ! On a la mauvaise habitude de parler comme un charretier ? On peut améliorer ça aussi. On peut tous et toujours s’améliorer. Mais on doit le faire pour soi-même. Pas pour plaire à l’autre, encore moins pour séduire l’autre. On veut être aimé pour soi-même. Et on veut aussi s’aimer soi-même. Donc, les améliorations que l’on fait, on les fait pour nous, et on en fera ensuite profiter les autres.


Les Facettes de l’amour: 4 techniques de drague… par MCETV

Marie-Aube Auvity